AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MODO
modération
messages postés : 138
âge réel : 28

Message(#) Sujet: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Lun 10 Sep - 17:32

Décidément … Elle passe bien trop de temps avec Ciaran en ce moment. Avoir retrouvé Susan ne change rien à ça, certainement au grand déplaisir de Peter. (Et de Jack.) Retrouvant le blond chez Granny's, elle se demande si leurs rencontres sont fortuites ou s'il s'agit là d'un rituel. Ciaran sait que c'est le meilleur endroit pour la trouver .. Quand à Lucy, à part Granny's et le poste de police, elle ne saurait pas vraiment où chercher le blond.

Ils ont mangé ensembles et comme d'habitude, Lucy a parlé beaucoup plus que Ciaran, lui racontant enfin ses mésaventures sur ce qui lui était arrivé au visage. Coincé dans une grotte avec une éboulement après une escapade dans la forêt. Il doit penser qu'elle est une bien piètre aventurière. Ah, s'il savait. Sa bonne humeur semble même être montée d'un cran, ce que Lucy explique par ses retrouvailles avec sa sœur Susan. Malgré le fait qu'ils soient si soudés, il y a tout de même des tensions entre eux, ayant des avis différents sur certains sujets. Comme dit à Ciaran, ça ne change en rien ce qu'ils représentent, les uns pour les autres. Les Pevensie ont toujours été unis malgré les chamaillerie. Et bien entendu, elle lui dit espérer qu'Edmund finisse par arriver, lui aussi, qu'il doit se sentir bien seul dans un monde où ils ne sont pas. Et qu'Edmund, de quelques années son aîné, est celui avec qui elle est le plus proche. Avant d'arriver à Oblivion, ils vivaient même ensembles.

Ils sont en train de marcher dans la forêt lorsque Lucy se tourne vers lui.

« Tu sais. Allez dans les endroits que j'aime bien, c'est sympa mais … Il faudrait aussi faire des choses qui te plaisent à toi. »

Tout doucement, elle attrape le bout de ses doigts, d'une légère prise avec la main. Lucy rougit un peu tout en détournant la tête sur le côté, bien que ce ne soit pas suffisant pour cacher ses joues écarlates. Ciaran est un homme avec beaucoup de défauts, de mauvaises habitudes et de blessures. Etrangement, elle a envie de changer ça. De lui apporter quelque chose de nouveau. Lucy ignore si elle est capable de le faire, mais elle voudrait lui montrer … le monde à travers ses yeux. Avec sa douceur et sa candeur. C'est peut-être un peu niais. Et puis la présence de Ciaran lui apporte une certaine sérénité qu'elle n'avait pas ressenti depuis … Depuis Narnia en fait. Elle a encore beaucoup de secrets pour lui. Peut-être qu'un jour, elle lui en parlera. Non, c'est sûr, elle le fera. Mais il lui faut être prête pour cela. Puis, également, face à lui, elle a l'impression qu'elle peut faire ce qu'elle n'avait jamais osé jusqu'à maintenant : vouloir plaire en étant elle même. Sans chercher à ressembler à Susan. Ca peut paraître stupide, mais c'est quelque chose qui a longtemps figée Lucy, complexée par de tonnes de choses. Mais avec Ciaran, tous ces complexes disparaissaient, ou plutôt ne prenaient plus autant d'importance.

« Au fait ! » Elle prend un air malicieux qui lui correspond bien. « J'ai rencontré quelqu'un. Et comme tu es l'homme le plus poissard que je connaisse … Sache qu'il s'agit d'un certain Damon. » Oui oui Ciaran, il s'agit bien de celui auquel tu es en train de penser. Elle rit, taquine. « Nous avons parlé de toi ! »

Inquiétant n'est-ce pas ? Oh, Lucy arrête de le torturer ! Et soudainement, un tremblement de terre le coupe dans cette discussion. Le sol se fissure et Lucy manque de tomber. La jeune femme arrive à garder l'équilibre et se colle à Ciaran. Bon sang qu'est-ce qu'il se passe. Un bruit sourd retentit, les désorientant complètement. Lucy pousse un crie et cette fois-ci s'accroche au blond, plaquant sa tête contre lui. Qu'est-ce qu'il se passe ?! La peur la submerge et sa poigne se fait plus pressante contre Ciaran.

Après un certain temps, sa respiration reprend un rythme un peu plus normal. Lucy inspire profondément et s'autorise enfin à ouvrir les yeux. Tournant la tête, elle se fige sur place.

« … Qu'est-ce que ? » sur le coup, elle oublie sa gêne d'être contre Ciaran, reculant lentement. Le décore à complètement changé. Il ne sont plus au même endroit. Surprenant, même pour Oblivion … mais surtout ….

Médusée, Lucy s'approche, tel un robot, du château qui s'impose devant elle. Elle est capable de reconnaître chaque détail malgré le temps qui est passé. Son cœur rate un battement. Comment est-ce possible ? Est-ce qu'ils sont à Narnia ? Non … Elle a le sentiment qu'ils sont encore à Oblivion. Les voyages à Narnia se font de manière différente …. Elle ne comprend pas, mais une chose est sûre …. Ils sont à Cair Paravel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE
messages postés : 170
âge réel : 23

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Sam 22 Sep - 20:33

Le mutant adorait passer du temps avec Lucy. Chose qu’il avait du mal à avouer, que ce soit autour de lui ou même à lui-même. Il en était même venu à abandonner certains de ses plans douteux, simplement à l’idée d’être avec elle. Certes, il avait encore quelques appréhensions. Il était terrifié à l’idée que son mode de vie chaotique n’ait des répercussions sur elle, un jour. Il s’en voudrait à un point difficile à imaginer. Et pourtant, le voilà qu’il se pointait de plus en plus souvent chez Granny, un lieu qui semblait être devenu peu à peu leur point de rendez-vous. Fallait dire que Ciaran ne lui avait pas rendu la tâche facile pour le retrouver. Il était parti comme le voleur qu’il était la première fois qu’ils s’étaient rencontrés. Et il n’avait jamais trouvé le courage de la laisser entrer un peu dans sa vie, de son propre chef, se contentant de prendre contact de manière totalement irréfléchie, lorsqu’ils se croisaient chez Granny. Et Ciaran ne le regrettait jamais. Il adorait ces moments, doux et agréables. Il n’avait jamais eu d’amis qui le faisaient sentir ainsi, s’étant toujours débrouillé seul, dans son coin, et il était même un peu confus quant aux sentiments qu’il éprouvait pour elle.

Le rendait-elle meilleur ? Peut-être que oui … Après tout, il n’était pas du genre à dire non à un casse, comme aujourd’hui, pour aller se pointer chez Granny. Pour elle, il était prêt à le faire. À réfléchir, avant d’agir. Même si ce n’était pas tout à fait gagné. Leurs moments étaient peut-être agréables, mais Ciaran luttait encore avec lui-même. Ses mauvaises habitudes. Et son tempérament difficile. À chaque fois, il se disait que c’était fini, n’ayant pas une bonne opinion de lui-même. Ça ne l’empêchait pas de retenter de la contacter. Encore et encore.

Il aimait bien l’entendre parler d’elle, ça lui permettait de s’évader. Même s’il sentait qu’elle ne lui disait pas tout, il avait l’impression que sa vie avait été palpitante, malgré son jeune âge. Il avait aussi du mal à comprendre ce que cela faisait de faire partie d’une famille soudée. Famille qu’il avait rencontré de manière brutale. Mais comment pouvait-il savoir que la maison qu’il comptait cambrioler était celle des Pevensie ? Sa poisse habituelle lui avait éclaté en pleine figure, encore et encore. Il n’avait pas encore rencontré officiellement cette Susan - et il doutait qu’elle allait l’apprécier - et il faisait tout pour éviter Peter, pour sa propre santé physique. Fallait dire que le mutant n’arrêtait pas de se montrer borné et renfermé sur lui-même, tout le temps, ce qui n’aidait pas la communication.

En forêt, la conversation dévia sur le fait qu’ils devraient fréquenter ou faire des choses qui lui plaisaient aussi. Le blond arqua un sourcil, moqueur. Pas sûr qu’elle apprécie énormément les endroits qu’il fréquentait. Ceci dit, il y avait bien quelque chose, un jour … « Ça dépend, tu as le vertige ? », demanda-t-il, malicieux, serrant sa main dans la sienne. Il n’en dit pas plus, puisque le tout restait en stade d’idée. Il ne lui avait jamais parlé de ses pouvoirs, ayant encore tendance à se méfier des autres à ce propos. Après tout, il venait de monde qui n’appréciait pas énormément les mutants. Mais il lui avait laissé entendre qu’il était différent, d’une certaine façon. Il avait plutôt apprécié le fait qu’elle n’insiste pas trop à ce sujet.

La conversation dévia sur une certaine fréquentation commune et Ciaran se stoppa net, un air incertain sur le visage. Elle avait donc rencontré Damon ? Qu’avait-il bien pu raconter à son sujet ? Fallait dire qu’il était son copain de beuverie préféré. Probablement le seul type qu’il pouvait considérer comme un ami. Quelqu’un qui jugeait pas. Et qui avait tendance à embarquer à pieds joints dans des plans foireux impliquant énoooormément d’alcool. Les conneries qu’ils avaient pu faire … Le tremblement de terre l’empêcha de tergiverser encore plus, et il soutint rapidement Lucy, par réflexe. C’était quoi ce bordel ? Il la serre un peu plus contre lui, les pieds bien ancrés au sol pour éviter qu’ils ne tombent. Le tremblement cessa aussi brusquement qu’il avait commencé et Ciaran observa Lucy, pour voir si elle allait bien. Puis il leva les yeux, regardant autour, bouche bée alors qu’elle exprimait son désarroi. Inquiet, il se contenta de la suivre, dévisageant l’énorme château qui les surplombait. Quoi … ?!  « Tu sais où nous sommes ? », demanda-t-il, d’une voix un peu hésitante. Il tentait de ne pas montrer que ça l’avait destabilisé. Il détestait se retrouver quelque part sans savoir où. Les changements, ce n’était pas trop son truc. Et là, ils venaient d’en vivre un gros ! Impossible de retrouver le chemin par lequel ils étaient arrivés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MODO
modération
messages postés : 138
âge réel : 28

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Dim 30 Sep - 10:57

Elle entend vaguement Ciaran lui demander si elle sait où ils sont. Oh oui, qu’elle sait. Un lieu qu’elle ne pensait pas revoir un jour. Des larmes brillent dans ses yeux, sans qu’elles ne coulent alors qu’elle plaque une main sur sa bouche sous l’émotion. Oui, elle connaît parfaitement les lieux. Malgré les années qui sont passés, elle se souvient de chaque recoin. Cair Paravel. Sans prévenir, Lucy se mit alors à courir, loin de Ciaran, se rapprochant du château. Avec souplesse et une habituelle agilité, elle grimpe et saute par dessus les roches, sans aucune hésitation, commun un chemin emprunté maintes et maintes fois. C’est le cas.

D’un geste puissant des mains, elle ouvre brusquement les portes de la bâtisse. Les lieux sont vides, mais parfaitement propre. Comme si une force surnaturelle avait tout nettoyer avant de livrer Cair Paravel à Oblivion. C’est cela n’est-ce pas ? Ils ne sont pas à Narnia, elle en est persuadée, elle en reconnaîtrait la magie et les habitants. Narnia est venue jusqu’à eux. C’était ça que voulait lui dire Aslan ? Qu’elle n’avait plus à s’inquiéter. Lucy laisse échapper un rire un peu désabusé en se retournant vers le blond, qui ne devait pas comprendre grand chose.

“Oui.” Répond-t-elle enfin. “C’est Cair Paravel.”

Voila qui ne l’avance guère, mais pour Lucy, c’est une signification bien précise. Aslan leur avait dit qu’ils étaient trop vieux pour Narnia. C’est là, la meilleure solution qu’on pouvait lui offrir. Son sourire rayonne comme si elle venait d’obtenir le meilleur des cadeaux de Noël. D’ailleurs … Durant son enfance, elle a réellement vu le père noël … Inutile de le préciser à Ciaran.

Une fois encore, elle court dans les couloirs, sans hésiter sur le chemin à prendre pour finalement arriver jusqu’à la salle du trône. … Des trônes. Les quatre sièges sont toujours présents, intacts. Lucy pose brièvement les yeux sur le sien, mais ce n’est pas encore le moment de jouer à la princesse. Il y a quelque chose dont elle veut s’assurer. La jeune femme traverse la pièce pour ensuite accéder au passage secret qui mène .. A la pièce au trésors. Littéralement. Les objets en or et beaucoup de pièces de valeurs doivent sûrement attirer les yeux experts de Ciaran, mais pour le coup, Lucy ne prête pas attention au voleur. Quoi que … si un peu. Elle se retourne vers lui.

“Si tu veux voler quelque chose, je te conseille, de prendre de ce côté là, tu t’éviteras bien des ennuis.” déclare-t-elle d’un ton taquin, montrant du doigt un coin de la pièce qui lui appartient. Ainsi, elle montre qu’elle connaît effectivement les lieux, ou plutôt elle le confirme, car Ciaran avait du s’en rendre compte. Quitte à voler quelque chose, autant qu’il prenne des affaires à elle, parce que s’il vole Peter ou Susan, aïe ! Quant à Edmund .. Etrangement, c’est Lucy qui ne le permettrait pas.

Trouvant rapidement l’objet de ses convoitises, elle tire son coffre vers elle et l’ouvre. Elle retire la tenue qu’elle porte habituellement à Narnia. Définitivement trop petite pour elle. Un sourire plus sincère étire ses lèvres lorsqu’elle sort la dague du coffre. Lucy reste silencieuse, à l’observer avec nostalgie et respect. Cette précieuse dague l’a accompagné dans bien des périples. Elle ferme doucement son oeil valide. Un autre temps … Qui va renaître. Doucement et avec délicatesse, elle range la dague dans le ceinturon qui entoure sa taille. Et enfin … Lucy se saisie la petite fiole dont le contenu est toujours présent. C’est ce qu’elle cherchait. La preuve irréfutable qu’il s’agit bien là de la fiole qu’elle détenait à Narnia. Et que la magie de Narnia est de nouveau présente, cette fois-ci à Oblivion. Lentement, elle retire le bandage autour de sa tête ainsi que la compresse qui cache son oeil. Lucy relève la tête, la penchant en arrière avant de laisser couler, sur son oeil blessé, une petite goûte de la fiole. Aussitôt, la magie fait son effet, la plaie disparaît petit à petit, et Lucy peut de nouveau ouvrir les yeux, comme neufs, totalement soignés.

“Cette fiole a fait bien des miracles après la première guerre à laquelle j’ai assisté. A Narnia. J’avais une dizaine d’année. Ca remonte à loin maintenant.” Explique enfin Lucy, ne donnant que des morceaux de réponses.

Elle pose un doigt sur les lèvres de Ciaran, l’empêchant ainsi de lui demander de quoi elle parle. Posant un baiser sur sa joue, elle quitte alors le salle des trésors, pour retourner dans la salle des trônes. Enfin, la reine prend place sur son siège. Lucy pose sur sa tête la couronne qu’elle avait récupéré au passage dans son coffre.

“A la splendeur de l’océan oriental, je vous présente la reine Lucy la Vaillante.” Nostalgique, elle murmure les mots qu’a prononcé Aslan, il y a 9 ans en arrière. Une phrase qu’elle n’a jamais oublié et qui a marqué tout un tournant dans sa vie.

Se mordillant les lèvres, Lucy laisse enfin les larmes couler sur son visage. Les émotions s’expriment enfin, à travers de petits sanglots, pourtant, elle ne se sent pas triste, loin de là.

“C’est .. C’est la première fois depuis si longtemps que je me sens entière. Que je me sens moi même. Que les choses entrent enfin dans l’ordre. Je suis … Je suis là où je devrais être. Et j’aimerais qu’Edmund soit là aussi.” Ca lui laisse bon espoir. Peter et Susan sont là. Cair Paravel a fait son apparition. Edmund finira par venir, lui aussi.

“Tu es à Cair Paravel. Le domaine des Pevensie. Là où nous avons régner, à Narnia. Tu as devant toi, la reine Lucy la Vaillante. Je ne suis pas persuadée de mériter ce titre mais …. Mais c’est celui qu’Aslan a choisi.”

Elle secoue la tête et continue d’Observer les lieux, sans bouger de son trône. Ils ont vécu tellement d'aventures à Narnia.

“Je suis désolée Ciaran, j’aurais du t’en parler. Mais il n’y a pas vraiment de manière d’annoncer qu’on a siégé dans un monde fantastique où les animaux parlent.” Elle rit doucement. “Tu m’aurais pris pour une folle. C’est un secret qui a été si difficile à garder. Quand on était sur terre, de simples enfants, puis adolescents … Avec Edmund, on a beaucoup de mal à gérer ça. On savait que ce n’était pas nous, que ce n’était pas notre place.” Elle se frotte les yeux et regarde Ciaran.

“Tu aurais sans doute préféré une personne banale et normale pour changer un peu ta vision des choses. Mais Ciaran … J’ai besoin … De ne jamais être quelqu’un de banal. J’ai besoin de faire … Cette différence.” D’être Lucy de Narnia.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE
messages postés : 170
âge réel : 23

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Jeu 4 Oct - 22:57

Ciaran n’avait aucune idée d’où ils se trouvaient, mais Lucy semblait le savoir. Vu l’émotion sur son visage, ça devait être un lieu qui lui manquait. D’où elle venait. Elle ne lui avait jamais parlé de château. Mais il était loin d’être en mesure de juger. À vrai dire, à ses yeux, il était tout à fait normal d’avoir des secrets. Il fallait un niveau de confiance assez élevé pour les révéler. Confiance qu’il n’avait jamais vu, jusqu’à Lucy. Son attention se reporta sur le moment présent lorsqu’elle partit à courir subitement. La suivant tant bien que mal, priant pour ne pas se casser la gueule, vu la poisse qu’il avait … Mais il arriva sain et sauf à destination, ne pouvant s’empêcher de sourire en entendant Lucy rire. Son regard se porta sur les alentours. Cair Paravel. C’était … impressionnant ! Mais encore totalement dans le néant. Ceci dit, voir la joie de Lucy lui suffisait pour l’instant. Et la connaissant, elle n’allait pas le laisser dans le noir très longtemps.

La suivant dans les couloirs, d’un pas plus hésitant car il ne savait pas du tout où ils allaient, son regard s’ouvrit en grand. Ça c'était encore plus impressionnant. Des … trônes ? Mais pas le temps d’admirer, elle était encore partie. Hésitant entre rire et être complètement perdu, il la suivit … Et il faillit faire une crise cardiaque. Impossible de réprimer son petit coeur de voleur, ses yeux se mirent à briller face à tous ces trésors. Bordel … Il reprit rapidement contenance lorsque Lucy se tourna vers lui, lui offrant un air tout à fait innocent, mais il ne put s’empêcher de sourire à sa taquinerie. « Je vais me contenir », rétorqua-t-il, amusé. Lui ? Refuser un trésor ? C’était nouveau, ça. Enfin … Restant à prime abord en retrait, il ne put s’empêcher de s’approcher doucement de Lucy, jetant un regard curieux à tout ce qui se trouvait devant eux. Il allait se retenir d’avoir les mains baladeuses, mais il n’avait rien dit sur le fait de jeter un petit coup d’oeil intéressé.

Le manège de Lucy retint cependant son attention, et il l’observa, curieux. « Wow », souffla-t-il en voyant l’effet sur son oeil blessé, s’approchant d’elle, réprimant son envie de prendre son visage entre ses mains pour observer l’ancienne blessure. Sauf que ses paroles le surprirent. Il était question de guerre, de Narnia … Il lui servit un air confus, prêt à l’envahir de toutes les questions qui lui traversaient l’esprit. Elle le fit taire d’un baiser sur la joue, qui le fit drôlement rougir, ne s’y attendant pas. Il la laissa prendre les devants, avant de lui emboîter le pas, cherchant encore à démêler tout ça dans sa tête. Le mutant la retrouva sur un des trônes, posant une couronne sur sa tête. Tout commençait à prendre du sens. Il s’approcha d’elle, alors qu’elle lui expliqua ce qu’était cet endroit. Elle mentionna à nouveau Aslan. Depuis ce jour où ils s’étaient rencontré, il ne lui avait plus demandé, ayant vu à quel point cela l’avait bouleversée.

Il s’approcha doucement d’elle, alors qu’elle s’excusait. Son visage affichait un sourire. Mais pas moqueur. Plutôt compréhensif. Et gentil. Quelque chose de rare, chez lui. Il prit alors les mains de Lucy, la tirant délicatement pour la remettre sur ses pieds et être à la même hauteur, même s’il la surplombait, étant plus grand. Cette fois, il lui prit son visage entre ses mains, l’observant. Ils étaient plutôt proches, sur le coup, le mutant ne s’en rendit pas vraiment compte. Il avait eu envie d’être près d’elle. Ça le touchait qu’elle lui dise tout ça. Qu’elle s’ouvre à lui. Il était rare qu’il fasse confiance, et encore plus qu’on lui fasse confiance. Se rendant compte de la proximité, il eut un air troublé avant de retrouver le sourire, faisant un léger pas en arrière pour éviter d’envahir trop son espace personnel, laissant retomber ses bras sur le côté. « Être normal, c’est surcôté … et j’en sais quelque chose », répondit-il, un grand sourire sur les lèvres. Sa manière de dire qu’elle n’avait pas à s’en faire. Il ne lui en voudrait jamais. « Que tu sois une reine, ou simplement Lucy, ça ne change pas la manière dont je te vois », ajouta-t-il, en un souffle. Elle était magnifique. Une pensée qui faillit franchir ses lèvres, et s’en rendant compte, il rougit. C’était la deuxième fois.

Se secouant mentalement, il décida alors de lui faire pleinement confiance. Comme elle l’avait fait avec lui. C’était un énorme effort de sa part. D’ailleurs, son air s’était fait songeur. Lui, comme il lui avait dit, il n’avait aucun problème avec qui elle était. Mais ayant souffert une bonne partie de sa vie à cause de ça, il lui était difficile de passer outre. Le mutant se sentait néanmoins en sécurité avec elle. « Je veux te montrer quelque chose », commença-t-il alors. Il avait toujours un léger sourire sur son visage, mais il était un peu tendu. « Tu saurais où est le point le plus haut ici, de quoi voir les alentours ? » À son tour de se la jouer mystérieux. Un petit retour des choses taquin, après qu’elle l’ait fait courir à droite et à gauche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MODO
modération
messages postés : 138
âge réel : 28

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Dim 7 Oct - 5:16

Le rouge lui monte aux joues quand il prend son visage dans ses mains, et qu'il se retrouve … un peu trop proche. Mais pour rien au monde, elle aurait voulu qu'il recule. Lucy plonge son regard dans le sien. Le temps semble s'arrêter pendant quelques secondes, où son cerveau est incapable d'affirmer une pensée cohérente. Sans vraiment en prendre conscience, elle s'apprête à franchir le petit pas qui les sépare et surtout la barrière de ses lèvres.

« Lucy ! » Aslan ! Lucy recule d'un pas en même temps que Ciaran en fait de même. Elle manque de tomber sur le trône mais garde son équilibre au dernier moment. Est-ce vraiment Aslan ou bien sa conscience ? Mystère. Au fond, Lucy n'a pas oublié ce rêve où en se comparant à Susan, elle était devenue elle … Et son existence avait tout simplement disparu. Comme jamais existé. D'une certaine manière, sa peur n'avait pas changée. L'envie de vouloir être aussi belle et remarquable que Susan. La peur de ne pas être assez bien pour être remarquée. Au point d'avoir utilisé une formule magique qui lui aurait permis d'être comme elle … Pire, d'être Susan. Aslan lui avait pardonné et c'était montré bienveillant … Mais cela n'avait pas enlevé les craintes et les doutes de Lucy.

Les paroles de Ciaran la trouble donc d'autant plus. La manière dont il la voit. Ce qu'elle partage avec le blond .. C'est unique et elle le garde jalousement. Auprès de lui, elle se sent bien, ses peurs semblent s'estomper pour ne voir que la moue grognon de Ciaran quand il la regarde, et ses légers sourires qu'il a parfois sans vraiment s'en apercevoir. Cette volonté brûlante et provocatrice qui s'anime dans ses prunelles. Cette volonté qui montre Ciaran VS le Monde. Depuis la première fois où elle a posé les yeux sur lui, chez Granny, Lucy l'a observé, Elle connaît chacune de ses expressions, de ses mimiques. Elle a vu Ciaran plus loin que l'apparence qu'il démontre. Pourtant, Lucy n'a pas vraiment pensé à la réciprocité. Bien entendu, elle sait que le voleur l'apprécie, sinon il ne passerait pas du temps avec elle. Malgré tout, elle ne s'est pas demandé comment lui, il la voit. Du moins plus depuis qu'il avait commenté sa « pseudo gentillesse » quand il s'était introduit chez Peter, ravivant ses peurs longtemps enfouis. Elle s'était sentie comme … inintéressante, de nouveau. Elle sait que ce n'était pas volontaire de sa part, ou plutôt si, dans le but de se protéger, parce qu'il n'avait pas l'habitude qu'on lui tende la main. La seule arme que Ciaran a pour se défendre, c'est la violence, qu'elle soit physique ou auditive. Lucy ne lui en veut pas mais … Elle a été blessée bien plus profondément qu'elle ne l'a montré.

« Et quelle est la manière dont vous me voyez, Monsieur Farrell ? » demande Lucy avec un gloussement amusé. Elle sait qu'elle n'aura pas de réponses à cette question, Ciaran n'est pas vraiment doué avec les mots. La question n'attend pas de réponses, elle est plutôt là pour le gêner d'avantage. Oui, Lucy peut être une petite peste quand elle le veut. Mais au delà de ça, elle est rassurée et même … honorée que Ciaran puisse la voir, elle, au delà de Lucy, au delà de Lucy la Vaillante. Son regard rieur s'adoucit pour une expression plus prude, plus dans la confidence.

« Je ne pensais pas qu'un jour, je serais vue. » au delà du rôle qu'on lui accorde en tant que reine de Narnia. « Parce que je ne suis pas comme Susan. Pas aussi belle, pas aussi saisissante et remarquable. Susan est la femme parfaite. Et … Je ne pensais pas qu'un jour, je n'aurais pas besoin de ça. Merci Ciaran. »

Alors que Ciaran lui confie vouloir lui montrer quelque chose, elle sent sa tension derrière son sourire. Qu'est-ce qu'il se passe ? Elle est un peu étonnée par la mystérieuse demande du voleur. Un endroit en hauteur. Pourquoi faire ? Qu'est-ce qu'il veut lui montrer ? Quoi qu'il en soit, Cair Paravel est construit en hauteur et puis .. ils sont tout de même dans un château. Plutôt que de répondre, Lucy lui prend la main pour le guider dans la demeure, montant ainsi au sommet de la plus haute tour. Le vent secouant ses cheveux et ses vêtements, elle se hisse sur le rebord pour gagner le toit de la tour, marchant en gardant du mieux possible son équilibre sur le toit penché en forme de triangle.

« J'espère que tu n'as pas peur du vide, ni du danger ! Si tu tombes, je ne suis pas sûre d'être en mesure de te rattraper, je risque de tomber avec toi. » rit Lucy.

Comme si la poisse légendaire de Ciaran venait de se transmettre, la jeune reine glisse du toit qui est tout sauf stable. Entendant trop tard le rugissement mental d'Aslan, elle tombe de la tour. Bon sang. Il faut un miracle. Un griffon. Un aigle. Peu importe. Maintenant !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE
messages postés : 170
âge réel : 23

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Sam 3 Nov - 15:07

Le blond n’était pas très doué avec les mots, à vrai dire, il faisait à peu près tout de manière impulsive. C’était bel et bien un miracle qu’il arrive à aligner deux phrases pour exprimer tant bien que mal ce qu’il ressentait, là, maintenant. Il préféra donc lui montrer, plutôt, à quel point il avait confiance en elle. Pour lui faire savoir qu’elle comptait pour il. Et que contrairement ce qu’elle disait, pour lui, elle était saisissante et remarquable. Il n’avait pas pensé une seule seconde, vraiment, ce qu’il lui avait balancé ce soir là, lorsqu’il était entré par effraction chez elle. Le mutant lui demanda alors si elle connaissait un endroit où ils pourraient voir toute l’horizon autour d’eux, restant un tantinet mystérieux pour la taquiner de l’avoir fait courir à droite et à gauche dans tout le château.

Elle lui prit la main et il la suivit. Bon, d’accord, même s’il jouait au grognon, il était tout simplement fascinant de la voir se mouvoir en ces lieux. Il ne l’avait jamais vu aussi à l’aise dans son élément. Cet endroit représentait certainement énormément pour elle. Rapidement, ils se trouvèrent en haut d’une tour. N’ayant pas du tout le vertige (ce serait le comble pour lui), Ciaran se hisse à son tour sur le toit. C’était définitivement très dangereux, ce qu’ils faisaient. Enfin, il n’eut pas le réflexe d’y penser. C’était presque littéralement son élément naturel. Ça lui manquait un peu, d’ailleurs, de fendre le ciel à toute allure. Il ne le faisait plus trop depuis qu’il était à Oblivion, pour éviter de se faire canarder en plein ciel, et il avait bien vite fait le tour de la dense forêt autour de la ville. Mais maintenant … Tout avait changé. Son regard se perdit un moment sur l’horizon.

La voix de Lucy le ramena à l’instant présent, et il tourna la tête vers elle, souriant comme un gamin devant des cadeaux de Noël. Mais sa remarque était juste. Il ne faudrait surtout pas qu’elle … tombe … Le mutant vit la scène au ralenti, alors qu’elle fut frappée par sa poisse légendaire. Ses yeux s’agrandirent sous la surprise, mais il réagit aussitôt, se laissant aisément tomber à la suite de Lucy, sans la moindre hésitation. C’était comme faire du vélo, à vrai dire, on ne perdait jamais réellement les anciens réflexes. Heureusement, car le blond réussit sans peine à rattraper la jeune femme, la serrant contre lui, le coeur battant la chamade. Ses ailes se déployèrent dans son dos, ralentissant leur chute suffisamment pour les faire rejoindre le sol sans trop de casse. Bon, d’accord, il n’était pas un pro pour les atterrissage lorsqu’il n’était pas seul. Ainsi, ils se retrouvèrent plutôt affalés sur le sol. À prime abord inquiet, ses ailes toujours repliées dans son dos, Ciaran observa Lucy pour voir si elle s’était blessée ou quoi que ce soit, mais ils étaient surtout couverts de terre et de poussière. Un fou rire incontrôlable et nerveux le secoua alors, contre choc de la frousse qu’elle lui avait donné sur le coup. « Ce n’était pas vraiment comme ça que je voulais te montrer … », parvint-il à articuler alors qu’il reprenait son souffle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
MODO
modération
messages postés : 138
âge réel : 28

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Dim 4 Nov - 3:53

On dit que lorsqu'on voit la mort approcher, toute notre vie circule devant nos yeux. C'est complètement faux. Lucy ne voit que Ciaran … qui plonge à suite. Seigneur, non. Mais qu'est-ce qu'il fait ? C'est de la folie. C'est trop tard pour elle, mais en aucun cas elle ne veut qu'il la suive dans ce funeste destin.

« CIARAN NON ! »

Il est déjà bien trop tard. Pourtant, son corps ne heurte pas le sol. Ciaran la rattrape facilement en la serrant contre lui. Des ailes se déploient alors dans son dos et Lucy le regarde, complètement médusée, alors qu'ils sont littéralement en train de voler. Lorsque leurs pieds touchent enfin le sol, Lucy recule de quelques pas, non pas par peur mais plutôt pour l'observer avec cette fascination dévorante. Ciaran a des ailes. Des vrais. Elle hésite puis se rapproche de nouveau, pour glisser sa main derrière lui, le long des plumes, sans quitter le blond des yeux. Le temps semble s'être arrêté.

« Edmund serait raide dingue de toi …... ….... ….... Ok. C'était complètement tue l'amour, oublie ça !! »

Mais combien de fois, a-t-elle vu son frère voler sur le dos des aigles immenses de Narnia ? Et elle ? Okey, elle c'était plus sur le dos d'Aslan. Privilégiée ? Un peu quand même. Lucy reste de nouveau silencieuse après cette phrase un peu saugrenue qui a cassé le romantisme de la situation. Mais elle n'en démord pas, Ciaran est quelqu'un de si particulier et il lui prouve de jour en jour. Ca, c'est la plus belle preuve qu'il pouvait lui donner. Elle replace un peu mieux le diadème sur sa tête. C'est une chance qu'il ne soit pas écrasé par terre pendant sa chute. Une fois fait, Lucy pose ses mains sur le visage de Ciaran et de ses lèvres, elle effleure les siennes, les joues légèrement rougit. Une nouvelle fois, elle se décale d'un pas.

« Tu sais … J'avais peur de devenir quelqu'un de commun. Qu'une vie banale de simple humaine finirait par me convenir. De faire les mêmes choix que Susan, simplement faire ce que le société attend de moi. Tout en sachant que ce ne sont pas les bons choix. Voir Cair Paravel, te voir … Ca me rappelle qui je suis. Regarde toi Ciaran, tu es magnifique. » Elle lui prend alors les mains. « C'est quelqu'un comme toi qu'il manquait à Narnia. Mon monde … Je veux le partager avec toi. Parce que je pense que tu y as totalement ta place. »

Lucy a toujours été comme ça. D'une honnêteté, à dire ce qu'elle pense, à trouver le bon côté des choses, l'espoir de chacun. La sincérité de ses paroles fait qu'elle ne voit pas forcément de gênes ou de sous entendus dans ses paroles. C'est ce qui doit être dit, c'est tout. Et regardez le, ce blond toujours grognon avec ses immenses ailes dans le dos. Il pourrait ressembler au plus fabuleux des narniens. Oui, Lucy veut que son monde soit le sien.

« J'aurais aimé que tu rencontres Aslan. Sa sagesse et sa compréhension sont si fortes qu'il aurait pu t'aider à chasser les maux qui te pèsent depuis si longtemps. Aslan … C'est lui qui m'a donné le courage d'être Lucy Pevensie. Lui qui m'a toujours guidé. Et je crois qu'il continue de le faire d'une certaine manière à Oblivion. J'entends sa voix, parfois en avertissement, ou pour me rendre contre de certaines choses. La première fois où je l'ai entendu, c'est le jour où je t'ai rencontré. Et aujourd'hui, c'est également ensembles qu'on découvre Cair Paravel. Aslan t'a accepté, Ciaran. Il savait que c'était toi dont j'avais besoin. » Elle éclate de rire. « Crois moi, c'est encore plus important que d'avoir la bénédiction de Peter. »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
FONDATRICE
messages postés : 170
âge réel : 23

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran] Ven 16 Nov - 13:56

Lui qui montrait souvent une attitude sûr de lui et arrogante, se retrouver ainsi, totalement dévoilé, il ne se cachait plus. Et il ne savait pas quelle attitude avoir dans ce cas, ne sachant pas comment réagir. Une part de lui voulait s’éloigner, se refermer sur lui-même, se cacher à nouveau, comme il avait l’habitude de le faire, mais la confiance qu’il éprouvait en Lucy l’en dissuadait. Il avait un peu peur de sa réaction, tout en sachant qu’il n’avait pas à s’en faire. Elle n’était pas comme les autres. Avec elle, il savait que ses anciennes blessures ne seraient réouvertes. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être un peu tendu, observant la jeune femme à la dérobée, guettant ses réactions. Il aurait tout aussi bien pu faire disparaître ses ailes, faire comme si de rien n’était, balancer une vanne pour dissimuler son trouble, mais il n’arrivait pas à faire un geste.

Elle s’approche alors, et il guette, encore et toujours, immobile. Lorsqu’elle effleura quelques plumes de ses doigts, ses ailes tressaillièrent légèrement, le mutant étant très peu habitué à un tel contact, et il était un peu chatouilleux, il fallait dire. Son exclamation spontanée eut raison de son apparente méfiante et un sourire traversa ses lèvres un bref moment, ses épaules se détendant. Ses ailes, serrées dans son dos, manifestes de sa tension, se relâchèrent légèrement. Bon, certes, ce qu’elle venait de dire pouvait casser un peu ce qui se passait présentement entre eux deux, mais peu importe, sa réaction faisait plaisir au blond, qui laissa un long soupir de soulagement fuser entre ses lèvres, se rendant compte à quel point il était tendu. Il ne fit aucun geste pour s’éloigner de Lucy, gardant cette proximité.

Elle le surprit alors d’un chaste baiser, lui qui ne s’y attendait pas du tout. Ce serait mentir que de dire qu’il n’avait jamais eu envie de l’embrasser, mais avec son caractère difficile et ses conflits intérieurs, le mutant n’avait jamais vraiment franchi le pas. Pas avant de savoir. Et maintenant, il savait. Elle avait tout vu de lui, ses mauvais penchants, ses galères inimaginables, sa peur de tout foutre en l’air, et maintenant, sa vraie nature, avec laquelle il avait longtemps bataillé, à cause de la vision des autres sur lui, sur son espèce.  Et contrairement aux mauvaises personnes qu’il avait pu rencontrer dans sa vie, elle, elle était restée. Elle n’avait pas peur de ce qu’il était, bien au contraire. Il lui lança un regard amusé lorsqu’elle lui dit qu’il était magnifique, mais il comprenait ce qu’elle voulait dire. Ça le libérait d’un poids immense, n’ayant pas envie de continuer à se cacher devant elle. Plus de secret. Plus de barrière. Bon, d’accord, il restait encore un bout de chemin à faire. Son passé était douloureux et il aurait certainement du mal à en faire part à Lucy. Mais le mutant était prêt à tenter, et ça, c’était déjà un grand pas.

Ciaran déplia un peu plus ses ailes, les laissant flotter autour d’eux. Ça faisait du bien, elles lui avaient manqué. Certes, il n’avait jamais vraiment hésité à s’en servir, mais c’était dans des situations d’urgence, lorsqu’il était dans les emmerdes et qu’il savait qu’il devait fuir à toute vitesse. Mais là, maintenant, il se sentait totalement libre. Son regard se troubla un instant à ses paroles. Elle devait savoir à quel point il était important pour lui de trouver une place dans ce monde, on lui avait privé de cette chance brusquement. Qu’elle veuille bien l’inclure lui faisait chaud au coeur. Son sourire revint, cette fois plus chaleureux. Un de ceux, spontané, qu’il lui arrivait d’avoir sans vraiment s’en rendre compte. Loin de toute malice, arrogance ou méchanceté.

Qu’elle lui parle d’Aslan lui fit comprendre à quel point elle lui faisait confiance. Après tout, ils n’avaient pas vraiment abordé ce sujet depuis leur rencontre. Il savait juste que c’était important pour elle, et que, jamais il n’allait s’en servir à nouveau pour tenter de la déstabiliser. Ça avait été incroyablement débile et mesquin de sa part. Fichus mécanismes de défense. Un rire franc fusa de sa gorge à l’évocation de Peter. Effectivement, pour la bénédiction du grand frère, le mutant allait devoir batailler encore un bout de temps. Il ne l’avait pas vu sous un très bon jour. Mais ce serait mentir que de dire que le blond n’avait aucunement changé depuis ce temps là. Ceci dit, il n’osait pas imaginer si un jour il devait se retrouver devant ce Aslan. Surtout si son avis comptait encore plus que celui du frère de Lucy. Encore un plan pour qu’il se foire … mais mieux valait ne pas y penser, parce qu’il risquait de faire une tête d’enterrement. Ne pouvant s’en empêcher, il s’approcha alors pour la serrer contre lui. Ça voulait tout dire, pour lui. Mais il savait aussi ce que ça voulait dire pour elle.

Il lui leva doucement le menton. « Tu vas le retrouver, tu sais ? Cet endroit fait de véritables miracles », fit-il, un sourire en coin, un peu de malice dans le regard. Après tout, cet endroit avait été le théâtre de son incroyable transformation de voleur sans scrupule à type presque respectable. Son regard se fit un peu plus sérieux. « Merci », souffla-t-il. Il ne pouvait dire plus, il n’arriverait pas à exprimer toute sa reconnaissance envers Lucy pour ne pas l’avoir rejeté, abandonné, malgré qu’il lui ait donné toutes les raisons pour le faire.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Message(#) Sujet: Re: A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran]

Revenir en haut Aller en bas
 
A la splendeur de l'océan oriental je vous présente la Reine Lucy la Vaillante [PV Ciaran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ma liste d'armée Oriental et Variag de Khand
» Roi Oriental, Gamelin et Morannon
» Guerrier Oriental
» La Nature dans toute sa splendeur...
» « [...] laide dans toute sa splendeur. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oblivion :: (monde d'oblivion) :: La Comté :: Cair Paravel :: Château-
Sauter vers: