AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Life is (hella) strange | Alyson Stewart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Price
messages postés : 45
âge réel : 27

Message(#) Sujet: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Lun 16 Juil - 10:19


☠Life is (hella) strange☠
Ft. Chloe & Alyson Stewart
Une seconde avant, j’étais au phare, devant Max, attendant qu’elle fasse le choix qui déciderait de ma vie...ou de celle de la foutue ville d’Arcadia Bay. Le temps de cligner des paupières… et de les rouvrir. La pluie et la tempête avaient disparu. Adios, la tornade menaçant de tout dévaster, adios, le choix moral impossible et dont j’étais sûre qu’elle parviendrait à faire, pourtant. Adios, le phare devant lequel on se donnait rendez-vous.

A la place de ce qui était déjà un merdier à la base, je tombai dans un autre. Quand je rouvris les yeux, une drôle d’impression de déjà-vu s’imposa à moi. Pendant un instant, je crus que le pouvoir de Max avait encore déconné, et que je me retrouvais à la décharge, avant que ce psychopathe de Jefferson ne… Et puis non. Merde, la décharge, j’en connaissais les moindres recoins, la terrasse du bateau pirate, l’endroit où j’avais bricolé mon pick-up pour en faire un véhicule convenable, l’endroit où était abandonnée la voiture de mon père. Je connaissais tout au poil près. Et là, ce foutu nouvel endroit ressemblait bien à une décharge, mais vraiment pas du même genre.

Peut-être que le trou du cul du monde, aka Arcadia Bay, avait été finalement dévasté. J’aurais pu le croire aussi, face aux bâtiments démolis que je voyais, aux déchets de je ne savais quoi, au reste de maisons devant mes yeux. Mais non. C’était sacrément différent. Y avait des immeubles qui semblaient...pas entièrement finis, plutôt que détruits. Et des maisons qui elles, avaient clairement subi le passage d’une tempête ou de...je sais pas quoi. Il y avait quelque chose dans cette immense décharge – si c’en était une – qui me foutait le frisson dans le dos. Comme si cela avait été vivant, ici, à une époque, et plus vraiment maintenant. Ou comme si j’avais mis le pied dans un de ces fichus films de science-fiction-post-apo, genre Mad Max. Ouais, c’était ça. Et la terre sous mes pieds n’était ni du goudron, ni du pavé, mais du sable. Dans un autre contexte, peut-être que j’aurais trouvé le coin génial. Mais quand on se trouvait juste avoir été à la merci d’une tempête et qu’on perdait son seul repère – Super Max – et qu’on se retrouvait seule, c’était plutôt le pétage de plombs et la panique qui prenaient le dessus.

« C’est quoi ce foutoir…. »
murmurai-je, choquée.

Et comment j’avais fait pour passer du phare à ça ? Un autre frisson passa le long de ma colonne vertébrale. Je haussai les épaules, et tâchai de me ressaisir...enfin si c’était possible. Je fis quelques pas, essayant de me repérer dans ce foutoir, mais je voyais pas âme qui vive. J’avais toujours voulu lâcher une bombe sur Arcadia Bay et la voir exploser, mais j’avais jamais envisagé que l’après pourrait être aussi glaçant.

Un bruit métallique, à ma gauche, me fit sursauter brutalement. Ni une, ni deux, je regardai autour de moi, et saisis le premier truc qui pouvait servir d’arme à portée : en l’occurrence, une barre de fer traînant par terre. Le bruit se répéta, derrière moi, et je me retournai d’un bloc, prête à frapper...même si c’était pour une mauvaise raison. Je réfléchissais pas plus que ça.

Je restai bouche bée en voyant un robot, d’apparence assez humanoïde – Intelligence artificielle avec des morceaux de fausse peau, quoi – me regarder… enfin, je crois. Parce qu’après, son regard passa sur moi et il se remit à marcher dans une autre direction, d’une manière lente qui était foutrement désagréable. A traîner la patte comme un mort-vivant. J’espérais qu’il avait pas d’instinct cannibale, et en même temps, je me demandais comment on avait pu en arriver à un tel niveau de ressemblance. Est-ce qu’on se foutait de ma gueule ? Est-ce que c’était un piège télévisé à la con ? J’en savais rien. Par contre, mes théories partirent vite en fumée, quand je sentis une autre main métallique se poser sur mon épaule. Je hurlai et jurai en même temps – spécialité à la Chloe Price – me retournant et foutant un coup de barre derrière moi. Je regardai à peine le robot qui avait voulu me toucher, et lui portai un autre coup, aussi fort que je le pouvais. Il s’immobilisa, mais je cherchai pas à savoir si je lui avais décalqué assez de boulons pour l’immobiliser. Je décampai à toute allure dans la seule allée qui me paraissait safe...
© Belzébuth



_________________
I see humans but no humanity.
"Are you angry all the time because you like the way it feels, or is it merely a desperate defense against experiencing true intimacy with others?"  ∞


       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
administration
messages postés : 68
âge réel : 24

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Mar 17 Juil - 4:25


Quand tu vois une personne en difficulté !


Je patrouillais dans la zone interdite pour la journée ! Je portais un sac à dos avec des vivres, car c'était important de survivre dans un endroit aride avec des bâtiments délabrés... Il arrivait que des personnes se retrouvaient d'un coup dans ce milieu désertique et c'est pour cette raison que ma présence dans ce milieu avait lieu comme j'étais présente pour ces gens qui viendraient d'un autre monde.

J'avais aussi pour objectif d'aider notre chef de section concernant les personnes avec des pouvoirs afin que notre équipe puisse s'agrandir comme nous étions un peu seul pour le moment... Mon pouvoir me permettait de prendre n'importe quel forme humaine pendant une journée environ même si c'était par intermittence comme ce n'était pas facile de la maintenir en tout temps des fois et ça dépendait clairement de ma forme !

En attendant, j'étais bien la rouquine de tous les jours ou presque comme cela m'arrivait de prendre l'apparence de mon défunt frère sauf que cela ne servait à rien pour aujourd'hui comme c'était une mission sans en être vraiment une pour le coup ! Et oui, c'était mon petit plaisir personnel d'aider les personnes en difficultés étant donné que la vie n'était pas toujours facile dans ce monde...

Je portais un short de couleur kaki ainsi qu'un débardeur rouge plutôt court me permettant d'être à l'aise pour le combat même si je n'avais aucune protection au niveau du corps sauf que ce n'était pas trop grave comme je n'avais pas peur de la mort pour y être passé de peu avec mon frangin et une personne qui n'avaient pas vécu... Sinon, je portais quelques trucs sur moi me permettant d'avoir des dagues dans une poches ainsi que des flingues au cas ou que des personnes veuillent s'en prendre à moi même si je préférais nettement le corps à corps !

A un moment, j'entendais du bruit... J'avais l'impression que c'était un "combat" avec du métal et j'approchais tout en voyant une personne courir dans ma direction avec un robot à sa suite. J'en profitais pour sortir mon arme capable d'abattre ce genre d'humanoïde avec des balles spéciales conçu par le Shield et j'en tirais dans les endroits susceptible de l'arrêter pour de bon tout en me plaçant devant la jeune femme.

- Continuez tout droit, la route est safe comme j'en viens ! Je vais protéger nos arrières en cas d'humanoïde encore présent dans les alentours.

Je n'en voyais pas d'autre pour le moment, mais c'était mieux d'être sur nos gardes en cas de besoin comme tout pouvait nous arriver dans ce monde.


©️Eikyuu - épicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Price
messages postés : 45
âge réel : 27

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Lun 23 Juil - 9:19


☠Life is (hella) strange☠
Ft. Chloe & Alyson Stewart
Je courais pour essayer d’échapper à l’androïde – ne pas regarder en arrière, ne pas regarder en arrière – quand...Lara Croft apparut devant moi. Enfin, c’est une image, mais on aurait dit Lara Croft en rouquine. Et sans natte. Où est-ce que j’avais atterri, bon sang ? Je m’arrêtai, pilant net, et ne pouvant que la contempler coller des balles dans le robot qui me poursuivait. Lara Croft, je vous ai dit. Badass et classe. Mais si je n’avais pas su d’où j’étais partie – devant le phare, dans la tempête – j’aurais cru planer à cause d’une merde refilée par Franck, mon dealer. De plus en plus perplexe, je contemplai la Lara Croft rousse, un peu bouche bée. Et je finis par comprendre pleinement ce qu’elle disait. De me barrer.

Pendant un instant, je balançai, comme à la fois où Rachel m’avait sauvée la mise à la scierie. Fuir ou se battre ? J’avais beau avoir pris mes jambes à mon cou, pour déguerpir de cet endroit inconnu qui me fichait les jetons, j’étais pas une lâche. Et même si j’étais pas sociable, c’était pas trop mon genre d’abandonner quelqu’un à d’autres machins en ferraille qui faisaient Dieu savait foutrement quoi. J’hésitai, et mon regard passa de la rouquine armée de son flingue, vers l’allée déserte et apparemment sécurisée… Je serrai mes doigts sur la barre de métal que je tenais toujours, à m’en faire blanchir les jointures. J’avais rien sur moi, à part mon porte-feuille dans une poche, de toute façon. J’étais paumée.

Je respirai un grand coup, et relevai les yeux vers la rouquine.

« Ouais. J’suis pas du genre à fuir. J’ai pas tout votre barda, mais je préférerais qu’on rebrousse chemin ensemble. »


Et puis vint la question inévitable, que je me posais depuis que j’avais rouvert les yeux ici, et qui me faisait hurler intérieurement de panique. Mais j’aurais jamais montré ça extérieurement. J’étais une dure, et je devais être bien plus forte que tout le monde. Plus forte que 98 % des gens menteurs et hypocrites. Pas de faiblesse. Pas question de me défiler. Mon regard bleu se durcit, de méfiance.

« C’est quoi ici ? C’est où ? »


Je cherchais trop à comprendre ce qui se passait, pour penser à remercier Lara-rousse de son aide. Et oui, ça me démangeait clairement de l'appeler comme ça.
© Belzébuth



_________________
I see humans but no humanity.
"Are you angry all the time because you like the way it feels, or is it merely a desperate defense against experiencing true intimacy with others?"  ∞


       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
administration
messages postés : 68
âge réel : 24

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Lun 30 Juil - 14:09


Quand tu vois une personne en difficulté !


Je voyais le regard de la jeune femme se tournait vers moi, mais aussi vers la rue sécurisé dont je venais d'apparaître ! D'ailleurs, si ça ne l'avait pas été... Je ne lui aurais pas conseillé de s'y rendre, mais celle-ci refusait de partir sans moi et je pouvais voir que ces jointures au niveau de mes mains devenaient blanche. Elle devait se sentir un peu impuissante face à cette machine qui n'avait pas d'humanité tandis que certaines en avaient...

En tout cas, je ne voyais pas d'autres ennemis à l'horizon même si c'était préférable de commencer à s'en aller de cet endroit comme nous ne pouvions pas savoir si d'autres allaient apparaître d'un seul coup en face de nous, derrière nous ou à côté de nous. Je m'approchais de la personne qui me posait le question concernant cet endroit et surtout ou nous étions, j'avais donc bien raison sur le fait que c'était une nouvelle... Mon rôle était de répondre à ces questions autant que possible comme la personne avant l'avait fait avec moi lors de mon arrivée.

- Je peux vous prêter un de mes flingues, si vous savez en utiliser plutôt que d'avoir votre barre de métal...

Je lui tendais un de mes flingues qui se trouvait au niveau de mes affaires sur le corps et je souriais doucement en sachant que j'allais bientôt répondre à ces questions, même si nous ne devrions pas traîner trop longtemps dans le coin.

- Je répondrais à vos questions sur le chemin, nous ne devrions pas rester trop longtemps au même endroit... Nous ne savons pas de quel endroit ils viennent exactement.

Je commençais à marcher vers la rue d'ou je venais auparavant et je restais sur mes gardes concernant cet endroit... Ce n'était pas facile de les vaincre des fois ces êtres superficiel ! Je regardais si la demoiselle me suivait et ça semblait être le cas.

- Vous êtes arrivé dans une zone interdite appartenant au monde d'Oblivion qui s'adapte bizarrement aux arrivants pour certaines zones... J'aurais tendance à dire que vous venez tout juste d'arriver et je pourrais sûrement vous aider autant que possible du moment que c'est dans mes cordes donc n'hésitez pas à me poser des questions comme tout à l'heure.

Je souriais doucement à la personne pour essayer de la mettre en confiance, mais ce n'était sûrement pas pour toute suite et ça pourrait se comprendre de toute façon.

©️Eikyuu - épicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Price
messages postés : 45
âge réel : 27

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Mer 8 Aoû - 3:31


☠Life is (hella) strange☠
Ft. Chloe & Alyson Stewart
J’étais paumée, j’devais le reconnaître. Mais j’aurais jamais montré ça à la rouquine en face de moi. Même si d’un côté, mes questions y suffisaient...Ce n’était pas non plus le deal idéal, de se retrouver soudain projetée dans une zone biohazard futuriste avec des foutus androïdes, après une tempête près d’un phare. Qui savait ce qui allait encore nous sauter dessus, d’une seconde à l’autre ? Le robot n’avait fait que me traîner après comme un zombie, mais il y aurait ensuite peut-être pire.

Je posai un regard plus qu’attentif sur la rouquine. Regard qui dévia sur le flingue qu’elle me présentait. Une lueur d’hésitation passa dans mes yeux, peut-être même un de ces voiles témoignant du fait d’être hantée par quelque chose. Du souvenir d’avoir tiré sur Franck, mon dealer. Du fait d’avoir aussi failli, à plusieurs reprises selon ma meilleure amie Max, y être passée par le biais d’un flingue, aussi. Autant de choses qui me faisaient hésiter désormais, alors que je n’aurais eu aucune vergogne à voler une arme à mon beau-père trouduc. Pendant un instant, les traits de mon visage se tordirent légèrement, mais je finis par avancer la main pour saisir l’arme. Son sourire doux me surprit, mais il lui allait comme un gant – ça lui donnait un air solaire. Et je refusais de me retrouver sans défense.

« Ouais, je sais faire ça. Merci, Lara-rousse, » ne puis-je m’empêcher de dire.

La sensation de métal froid entre mes doigts me surprit un peu, mais je resserrai l’arme dans la main qui ne tenait pas la barre en fer. Hors de question de laisser tomber tout ça tant que je savais pas où j’étais. Au moins, je savais un peu tirer. Mais tirer sur des êtres, des fichus robots, c’est pas pareil que tirer sur des cadavres de bières.

Lara-rousse se remit à marcher, et je la suivis, pas machinalement, avec prudence plutôt, et toujours une certaine méfiance. Mais ce fut la façon dont elle parlait, et souriait, toujours aussi doucement, qui m’exaspéra autant que ça me mettait en pétard. J’étais de l’impulsion et de la colère, j’étais une tempête plus qu’un fleuve calme, que voulez-vous. Je n’étais pas Max et sa passivité ! Comment pouvait-on sourire aussi doucement que ça en balaçant qu’on était arrivé dans...dans quoi ? Oblivion ? C’était pas un truc romain dans la légende d’Arthur ou je ne savais quoi ?

« C’est quoi, Oblivion, hein ? J’étais à Arcadia Bay dans l’Oregon, Etats-Unis, moi ! Et vous me dites que j’arrive dans une zone classée secret défense dans un putain d’autre monde ? C’est quoi, ce délire ? Et vous, vous débarquez d’où, de Tomb Raider ? »

Mes doigts se refermaient, par instinct de défense, sur le flingue, mais je ne l’aurais pas utilisé sur cette nana. Je ne savais pas si c’était ses révélations ou son sourire qui me faisaient le plus me crisper, mais c’était plus simple de me mettre en colère que de me calmer. Avoir une copine qui remonte le temps, ça devrait vous habituer à ce que des univers parallèles ou des autres mondes existent ; et pourtant, non, j’étais là, essayant désespérément de comprendre quelque chose. Ce n'était pas l'émerveillement qui dominait chez moi pour l'instant, mais la panique. Ce qui faisait que je la houspillais, comme si c'était sa faute, égoïstement. De toute façon, c'était déjà forcément plus sa faute que la mienne.

« Vous m’emmenez où ? Et comment je rentre chez moi ? »

S’il y avait un aéroport ou une gare ou...dites-moi qu’il y avait un aéroport pour rentrer chez moi et retrouver Max. La pire ironie du monde, alors que j’avais toujours voulu me casser d’Arcadia Bay.
© Belzébuth



_________________
I see humans but no humanity.
"Are you angry all the time because you like the way it feels, or is it merely a desperate defense against experiencing true intimacy with others?"  ∞


       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
administration
messages postés : 68
âge réel : 24

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Lun 10 Sep - 9:20


Quand tu vois une personne en difficulté !


Au moment de tendre un "flingue" à la personne en question, je voyais un regard qui était différent d'avant et je me disais qu'au final ... Ce n'était peut-être pas une bonne idée de lui tendre l'arme même si c'était pour se défendre face aux robots qui posaient quelques problèmes dans cette zone. Son hésitation pour prendre l'arme se voyait au niveau de son corps, mais celle-ci finissait par le prendre et c'était au moins pour se défendre. Elle n'aurait pas besoin de tuer qui que ce soit, mis à part des robots si certains me passaient sous le nez.

- Ce sera uniquement pour vous défendre en cas de besoin, sinon laissez moi faire tout le travail !

Je ne me rendais pas compte que mes sourires pouvaient exaspéré la personne, mais ce n'était pas de ma faute et pendant que nous étions en train de marcher vers la sortie de cette zone. La demoiselle me posait des questions plus ou moins logique auquel c'était possible pour moi de lui répondre petit à petit. C'était perturbant d'arriver dans un endroit inconnu et de l'accepter aussi tôt... Mon rôle était de l'aider à s'habituer autant que possible, mais c'était mal parti surtout avec ce qui arrivait actuellement.

Je finissais par m'arrêter tout en regardant la jeune femme avec un visage plutôt dur cette fois-ci comme sa voix ne me plaisait pas vers la fin et surtout quand elle me demandait ou je l'emmenais. La logique me dirait de l'emmener au sein du SHIELD pour que les personnes puissent s'en occuper ou de l'emmener dans des endroits pouvant tout aussi bien l'aider, mais moi aussi ma patiente pouvait se perdre à un moment et ça risquait de s'entendre dans ma voix plutôt sérieuse pour le coup.

- C'est normal d'être en panique au départ, mais de vous en prendre à moi verbalement... Je ne suis pas d'accord !

Je m'approchais de la personne en ayant mes armes vers le bas ! J'avais peut-être mis la sécurité, c'était mieux d'être encore plus méfiante avec ça. Je la regardais droit dans les yeux tout en me disant que cela ne servait à rien de m'énerver de toute façon.

- Je n'étais pas clair tout à l'heure, mais la zone interdite est un endroit déconseillé aux habitants d'Oblivion ainsi qu'aux personnes qui arrivent dans ce monde donc si vous ne souhaitez pas me croire... C'est à votre bon vouloir, mais celui-ci s'adapte aux arrivants donc peut-être que vous retrouvez tôt ou tard vos marque.

J'étais du genre plutôt cash dans mes informations, mais c'était pour lui faire comprendre que son monde n'était plus actuellement et que beaucoup sont dans la même situation.

- Nous nous sommes tous retrouvés un jour plus ou moins dans la même situation que vous en arrivant... Certains se réveille et en sortant de chez eux voient le changement ou d'autres ça leur arrive soudainement, mais il y a diverse façon d'arriver ici que personne ne connaît et personne ne sait comment en repartir.

Je me remettais à marcher devant tout en regardant autour de nous comme ce n'était pas le moment de parler dans un tel endroit et ça montrait clairement un peu la fin de la discussion concernant cet endroit.

- Et Tomb Raider n'est pas dans ce monde donc faut pas me prendre pour cette personne, surtout que mon prénom est Alyson. Je viens des états-unis, mais peut-être pas du même que le votre en tout cas donc prenez bien en compte que les personnes sont différentes de ce que vous pourriez connaître des fois.

Je l'avais appris à mes dépends, mais ce n'était pas un problème de toute façon... Je croisais sur le côté un robot en mauvais état, mais qui s'avançait vers nous et j'utilisais mes flingues pour le détruire tout en me tournant vers la femme.

- Je comptais vous emmener au sein du SHIELD comme c'est un endroit sécurisé et ou j'ai un travail, mais j'ai opté pour chez moi au final parce qu'à mon avis vous n'aimez pas les autorités et je souhaite seulement vous aider même si ça semble totalement loupé venant de ma part.

Oui Alyson, tu venais de te planter toute seule et heureusement personne m'entendait me parler à moi-même pour le coup ou j'aurais l'air un peu d'une folle même si c'était peut-être le cas au final.

©️Eikyuu - épicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Chloe Price
messages postés : 45
âge réel : 27

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Mer 12 Sep - 15:06


☠Life is (hella) strange☠
Ft. Chloe & Alyson Stewart
Un flingue. Un objet aussi froid et métallique, entre mes doigts, un foutu objet dont j’avais déjà fait les frais deux fois, paraissait-il. Et pourtant, quand je pensais au fait de devoir me défendre, ou défendre quelqu’un, c’était impossible de ne pas le prendre. Ce fut pourquoi je le saisis. Mais la froideur du pistolet était poisseuse, comme si mon corps se souvenait d’horribles autres réalités.

Laisser faire le travail à la fille. Ok. J’allais essayer d’y penser, au milieu de la panique et de la colère qui me secouaient alternativement. Un mauvais mélange qui faisait que je m’en prenais – avec ou malgré moi ? - à ma sauveuse. J’avais jamais été douée pour me montrer reconnaissante. Même avec Rachel ou Max, je pétais parfois des câbles. Beau-père ducon avait raison : j’étais une ingrate, mais je voulais surtout pas le reconnaître. C’était de la même façon que je réagissais avec cette femme rousse : elle était en train de me sortir de l’enfer et tout ce que je trouvais à faire, c’était de la houspiller. La tempête d’émotions en moi avait besoin de sortir, peu importait les dommages collatéraux, peu importait les tentatives d’apaisement de Lara-rousse.

D’ailleurs, je m’aperçus, au milieu de mes pas rapides pour la suivre, que sa patience était à deux doigts de décoller. Son visage, de souriant, était devenu dur. Bah, au moins, c’était plus facile d’attaquer ceux qui avaient la tête dure, non ? Je passai une main sur ma nuque, mal à l’aise, mais refusant de le montrer. Surtout quand elle croisa mon regard. Elle au moins : elle avait le regard franc de quelqu’un qui avait rien à se reprocher. Tout l’opposé de moi, quoi.

« Déconseillé, ouais. Avec tous les robots qui traînent, ça m’étonne pas. » J’aurais pu rajouter, thanks, Captain Obvious, mais la dureté de son regard m’en empêcha. Je pouvais pas trop me permettre de la mettre à dos.

Et puis, les choses semblèrent s’éclaircir avec ses explications...à moins que ce soit une vrille de folie en plus ? Mon visage se décomposa un peu, alors qu’elle m’expliquait que je n’étais pas la seule dans cette situation. Et quand elle avoua carrément que personne ne savait comment repartir, je dus m’arrêter de m’arracher. C’était comme un foutu coup au cœur, un autre coup de pistolet, mais j’étais encore consciente, cette fois. Je butais sur cette information.

« C’est pas vrai ! C’est pas possible ! Je veux repartir ! »

J’étais tellement obsédée par ça, que je n’écoutai qu’à moitié le reste, tout en gardant quelques infos au passage. Ok, ce n’était pas Lara Croft version rousse, mais Alyson. Américaine, aussi. Arrivée comme moi par un hasard merdique, sans doute. Est-ce qu’elle se foutait de moi, ou est-ce qu’elle était seulement une sacrée optimiste ?

« Si vous êtes arrivée dans ce monde pourri comme moi, par hasard, qu’on vous a arraché à chez vous, comment vous pouvez autant sourire alors qu’y a pas de foutu ticket de retour ?! »


C’était incompréhensible pour moi. Moi, je me serais déjà défoulée sur pas mal de choses, en apprenant ça, et j’aurais hurlé, hurlé à n’en plus finir. Elle, elle se contentait de dégommer un robot comme si c’était une simple inspiration, et de continuer à me guider vers un endroit sûr.

Je n’avais aucune idée de ce qu’était le SHIELD. Ou du genre de boulot qu’elle faisait. Sauf si son boulot c’était d’accueillir les arrivants paumés et débiles comme moi. Par contre, elle avait raison : je détestais les autorités quelles qu’elles soient, comme jamais. J’avais été virée de mon lycée, je détestais mon militaire de beau-père, je traînais dans des petits délits de drogues et je passais la moitié de mon temps dans la cabane d’une décharge. J’aurais pu en rigoler nerveusement, mais j’en étais incapable. La seule et même pensée me tournait en tête : pas de ticket de retour. Pas de putain de ticket de retour.

On avait peut-être fait quelques pas en-dehors de la zone interdite, comme elle disait, quand je dus m’arrêter. M’arrêter pour reprendre mon souffle, me sentant à deux doigts de gerber. J’avais la tête qui tournait, et pourtant j’étais pas une petite nature. Mais ma tête refusait d’assimiler totalement ce qu’Alyson m’avait dit. J’essayais de comprendre. De trouver un sens à tout ça. Un foutu bon sens.

« Vous...venez d’autres Etats-Unis. Y a donc des univers...parallèles ? Vous êtes arrivée quand ?  Et quand on vient ici, on amène un bout de chez nous ? Vous avez pas vu une autre personne comme moi, brune, Max, avec un appareil photo ? »

Je pris conscience que je n’avais rien répondu à son reproche. Je détestais m’excuser. Genre vraiment. Et souvent, je ne le pensais pas : je préférais balancer ma vérité, ou jouer l’hypocrisie suivie d’un beau doigt d’honneur. Je respirai. Et je me forçai un peu. Au moins, je la regardai dans les yeux, toute aussi paumée que j’étais. Elle, au moins, elle était stable, là-dedans. Et j’arrivais pas à le comprendre.

« Désolée pour tout à l’heure. Ouais, l’autorité et moi on s’entend pas. Elle a jamais fait aucun bien pour moi. »
© Belzébuth



_________________
I see humans but no humanity.
"Are you angry all the time because you like the way it feels, or is it merely a desperate defense against experiencing true intimacy with others?"  ∞


       
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
administration
messages postés : 68
âge réel : 24

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart Aujourd'hui à 6:40


Quand tu vois une personne en difficulté !


J'avais perdu ma patiente et ça se voyait au niveau de mon regard sérieux, mais surtout dur envers la personne qui se trouvait à mes côtés. Je faisais mon possible pour lui venir en aide parce que c'était un peu mon rôle même si le SHIELD se chargeait en particulier des problèmes avec les personnes ayant des pouvoirs ou des objets magiques pouvant nuire à la population donc ces propos m'avaient un peu mis hors de moi et ça montrait clairement que je n'étais pas toujours souriante... Je l'étais pour les autres et pour moi-même parce que je ne voulais clairement pas montrer quand ça n'allait pas sauf pour certaines personnes du style Peter, mais sinon voilà quoi...

J'avais réussis à faire en sorte que celle-ci comprenne que la zone n'était pas militaire, mais qui était vraiment une zone à ne pas venir en temps normal et qui était dangereuse avec ces robots lorsqu'ils étaient dans le coin... J'avais expliquer par la suite ce qu'il en était de la situation et je la voyais s'arrêter de marcher donc je me tournais instinctivement vers la demoiselle tout en regardant autour de moi afin de protéger nos arrières autant que possible. Je comprenais le fait que celle-ci veuille repartir et c'était le cas de plusieurs personne venant d'un autre endroit. Des chercheurs cherchaient des moyens, mais en vain pour le moment et je regardais ailleurs pendant un instant avec une mine plus ou moins abattu parce que ça me manquait de ne pas voir les miens...

- Nous avons des personnes qui cherchent un moyen de partir de cet endroit, mais en vain pour le moment... Vous n'êtes pas la seule à vouloir retourner chez vous et peut-être qu'un jour, nous aurons la possibilité de revoir notre chez nous sauf que pour le moment... Ce n'est pas le cas.

Si je devais retourner chez moi, ce serait pour mes proches... Si je devais rester ici, ce serait parce que ma vie est plus importante dans ce monde que dans l'autre et surtout parce que j'avais des amis que je ne reverrais peut-être jamais dans le mien.

Ces questions se basaient sur mon sourire, mais ça ne serait pas compréhensible même si je m'expliquais clairement sur ce fait. Je me trouvais ici depuis un moment et j'avais fait de superbes rencontre auquel je n'aurais pas eu l'occasion dans le miens. J'avais aussi la possibilité d'utiliser mes pouvoirs librement pour protéger les personnes autant que possible donc c'était un plus, mais le sourire c'était pour cacher mes sentiments au final même si j'étais plus ou moins expressive.

- Nous n'avons pas de tickets retour, mais ce n'est pas pour autant que notre vie doit arrêter de tourner ... Il faut savoir avancer pour trouver une solution de retour comme certains le font ou s'adapter à notre nouveau mode de vie et je suis sûrement placer dans la seconde catégorie parce que cela ne me dérange plus d'être ici.

Nous avions repris notre route entre temps et je m'occupais des robots comme si de rien était pour ma part ! Je n'avais pas répondu concernant le sourire, mais c'était une partie de sa "question" qui venait d'arriver et je la regardais à un moment pour reprendre la conversation.

- Je sourie parce que ce sont mes vraies sentiments la plupart du temps, mais c'est aussi un moyen de refouler certaines choses parce que ce n'est pas facile dans parler et je ne suis pas le genre de personne à inquiété les autres.

Je continuais ma route parce que celle-ci me suivait de nouveau et j’apercevais la fin de zone donc nous étions en train de mettre les pieds à l'extérieur petit à petit sauf que le mieux était de rester vigilant quoi qu'il arrive dans tout les cas. Je regardais de nouveau la personne qui me posait des questions sur des univers parallèles, sur mon arrivé, sur le fait d'avoir un peu de chez nous et elle me demandait si j'avais une certaine personne. Je m'étais arrêter de nouveau pour prendre le temps de lui répondre convenablement.

- Tout à fait, il existe d'autre univers plus ou moins parallèle au notre. C'est d'ailleurs comme ça que nous nous rencontrons parce que peut-être que l'on ne se serait jamais croisé dans le votre ou dans le mien parce que nous sommes peut-être des personnes totalement différente en vraie. C'est aussi via ces rencontres que j'ai le sourire aux lèvres parce que certains sont vraiment sympathique et que l'on aurait pas d'autres occasion de les voir...

Je passais une main au niveau de mon cou pour le masser parce que j'étais un peu gêner de parler de moi, mais si ça pouvait l'aider autant le faire non ? Oui c'était le mieux que je puisse faire pour l'aider autant que possible en sachant qu'elle avait besoin d'éclaircissement et j'étais la seule pour le moment à pouvoir le faire.

- Je me trouve dans ce monde depuis plusieurs mois, mais je ne saurais vous dire combien même si ça fait un sacré moment sauf que c'est sûr que cela ne fait pas un an encore. Il y en a certains qui sont la depuis des années pour vous dire... et concernant une partie de chez nous... Je sais que j'avais mon habitation et une organisation qui se trouvait de mon monde se trouvait aussi à Oblivion donc j'ai forcément fini par les intégrer afin de faire quelque chose de ma vie.

Je me remettais un peu en marche pour m'éloigner le plus loin possible de cet endroit et en étant sûr de ne plus avoir de robots à nos trousses... Je rangeais mes armes tout en tendant ma main vers la jeune femme.

- J'aimerais récupérer l'arme comme nous sommes enfin en sécurité et je ne connais pas de Max, mais je pourrais faire des recherches sur la personne ! Il me suffirait d'avoir un peu plus de description sur elle autre qu'un appareil photo pour le coup, mais on verra à tête reposer comme vous devez être épuiser.

Je me dirigeais vers ma fidèle moto ! Elle était pour deux personnes donc c'était possible de la prendre avec moi et comme ça n'avait pas bouger, cela voulait dire personne dans le coin de toute évidence ! Je n'avais qu'un seul casque donc je lui tendais pour sa protection parce que pour ma part, ce n'était pas trop grave et j'apprenais que l'autorité ce n'était pas son fort donc autant l'emmener chez moi pour sa sécurité. Je ne voulais pas empirer les choses.

- Ce n'est pas grave, c'est normal de perdre le contrôle de sois même dans ce genre de situation et il en est de même pour moi comme j'ai des paroles assez dur... Je m'excuse pour ça ! Je ne vais pas vous emmenez auprès des autorités donc vous allez être chez moi pour un petit moment et peut-être même devenir ma colocataire si l'envie vous prend !

Je souriais de nouveau et je l'attendais pour partir, mais c'était possible de la laisser dans cet endroit sauf que je m'en voudrais même si le choix lui revenait totalement. Je n'allais rien lui imposer même si ça en donnait l'impression et je m'en rendais compte après coup.

- Vous pouvez aussi rester ici et vous débrouiller par vos propres moyens, mais je doute que ce soit la meilleure solution pour le moment.

Même moi qui avait des tendances suicidaires en quelque sorte, je ne me risquerais pas à ce genre de chose en restant seule dans un lieu inconnu. J'avais eu assez de mal comme ça au départ.

©️Eikyuu - épicode

_________________
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Message(#) Sujet: Re: Life is (hella) strange | Alyson Stewart

Revenir en haut Aller en bas
 
Life is (hella) strange | Alyson Stewart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» You met me at a very strange time of my life. |-| w/ Harley Teller
» — bring me to life
» Life in UCLA
» Yoann HELLA
» Emma Pillsbury ✿ Wanna go halfsies on a pb&j ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oblivion :: (monde d'oblivion) :: Les Terres Sauvages :: Zone désertique-
Sauter vers: