AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruce Wayne
messages postés : 74
âge réel : 29

Message(#) Sujet: Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki Mer 16 Mai - 22:31

« Mr Wayne, votre rendez-vous est arrivé. »

Sans se détourner de la paroi vitrée offrant une vue imprenable sur le quartier moderne d’Oblivion, mains dans les poches, Bruce hoche la tête. Il ne voit pas les gratte-ciels qui s’offrent à lui, les superposant mentalement à ceux de Gotham, à ses tours en verre et ses bâtisses gothiques. Il ne pense pas à Batman.

« Vous pouvez le faire entrer. »

Il se retourne juste à temps pour voir son secrétaire s’effacer au profit d’un homme qui semblait bien plus jeune que Bruce ne s’y attendait – plus jeune en tout cas que son CV ne l’avait laissé supposer. C’est peut-être son attitude, ou bien son regard papillonnant dans la salle, mais il affiche une certaine innocence mal adaptée à l’environnement de requins dans lequel le millionnaire évolue depuis des années. Mais si Bruce Wayne peut se targuer d’une chose, c’est d’avoir fait de Wayne Enterprises un peu plus qu’un logo élégant bien côté en bourse, initiant la création et le développement de nouvelles branches portées sur la recherche dans bien des domaines, variant de la science à la technologie en passant par la médecine et bien d’autres disciplines où la compétitivité passait après les compétences.

Si la lettre de motivation lui a tapé dans l’œil, ce n’est pas tant à cause de la petite constellation sur le coin de la feuille -  même si c’est cette touche qui l’a poussé à y regarder de plus près -, c’est surtout le choix des mots, un rafraîchissant changement au milieu de phrases convenues et pré-mâchées, motivées par l’appât du gain, que ce soit sous sa forme pécuniaire ou simplement en terme de réputation – une telle expérience est toujours un atout pour une personne ambitieuse. Mais dans la simplicité et l’élégance de cette lettre il devine quelqu’un de passionné et c’est ça, plus que tout le reste, qui éveille son attention. Voilà le genre de personnes dont il a envie de s’entourer. Voilà le genre de personnes auxquelles il a envie de remettre les clés du futur.

On pourra traiter Bruce d’idéaliste, mais son jugement de caractère lui fait rarement défaut, et Wayne Enterprises ne s’en est jamais plus mal porté, bien qu’il ait souvent laissé ce genre de tâches aux bons soins de Lucius Fox, d’un pragmatisme plus adapté à un tel environnement. Bruce était un meilleur tacticien sur le terrain. Il n’a jamais regretté sa confiance en l’homme, mais ici, à Oblivion, il s’agit à bien des égards de reprendre à zéro sans l’aide du vieux renard. Faute d’endosser le costume de Batman, il se prête au jeu. Ce n’est pas la première fois qu’il offre une place au sein de son entreprise, loin de là, mais c’est la première fois qu’il le fait de façon aussi traditionnelle. Un entretien d’embauche ? Une première pour lui, d’un côté comme de l’autre du bureau. Mais il y a un début à tout.

« Mr. Raki, bienvenue. »

Il endosse le rôle de CEO sans peine, un sourire poli, un geste de la main en direction du fauteuil qui lui fait face. Pas exactement intimidant, s’efforçant au contraire d’instaurer un climat détendu, mais bien conscient de ce que son costume, son bureau, sa vue, et la plaque à son nom disent de lui.

« Je vous en prie, installez-vous. Si je peux vous offrir quelque chose, n’hésitez pas. »

Il contourne le bureau pour prendre place à son tour, décidant que surplomber l’autre homme de sa stature n’était pas vraiment le meilleur moyen de le mettre à l’aise.

« Je vais être franc, votre candidature n’a pas été retenue par notre chargée de recrutement. » Il ne marque pas de pause avant de reprendre, le faux suspense n’est pas nécessaire. « Elle a retenu mon attention, en revanche. Wayne Enterprises s’étend à de nombreux secteurs, mais j’envisage de développer une filiale dédiée à l’astrophysique. Je crois comprendre que c’est un domaine qui pourrait vous intéresser. »

Léger sourire, regard évaluateur, Bruce joue cartes sur table, curieux de voir comment cette rencontre va se dérouler. Si son intuition ne le trompe pas, il est convaincu qu’elle peut s’avérer fructueuse pour lui comme pour son interlocuteur.

_________________


YOU EITHER DIE A HERO
OR LIVE LONG ENOUGH TO SEE YOURSELF BECOME A VILLAIN


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Raki
messages postés : 14
âge réel : 24

Message(#) Sujet: Re: Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki Lun 21 Mai - 1:33

Interview with a bat

Aux yeux d'Adam, il n'y avait rien de plus difficile que de trouver sa place quelque part. Et d'y rester. Il avait cru pouvoir s'installer en Californie et commencer une nouvelle vie, occupant un travail qui lui convenait et s'attelant peu à peu à remplir le vide qu'avait laissé le départ de Beth dans son coeur et dans son âme. Mais le Destin, si autorité supérieure il y avait, en avait décidé autrement.

Adam Raki résidait désormais dans un autre monde. Sans amis. Sans travail. Sans repères. Oblivion était un étrange endroit, qui bousculait ses certitudes et l'obligeait à ouvrir ses perspectives. A accepter l'existence certaine d'une vie dans les étoiles, la présence de la magie et autres absurdités qui relevaient jusque là de la fiction pour lui.

Au milieu de tout cela, Adam était... banal. Un être humain sans talent qui dépassait l'entendement. Il faisait partie de la normalité, en quelque sorte, et c'était là un état de fait qui ne lui était pas habituel. Cela ne l'empêchait toutefois pas d'être incapable de retrouver un travail.

Adam ne comprenait pas ce qu'il faisait de mal. Des lettres, il en avait envoyé des centaines et des centaines depuis son arrivée à Oblivion. Il avait rencontré quelques employeurs, qui l'avaient automatiquement refoulé avec cette expression qu'il avait appris à détecter, ce mélange de pitié, compassion et incompréhension, qui entraînait obligatoirement un rejet. Même ici, on ne souhaitait pas de lui, il en avait fait l'amère expérience.

Mais Adam ne baissait pas les bras. Il avait réussi une fois, il pouvait parvenir à être embauché encore une fois, et ce sans l'aide de son défunt père. C'était ce qu'il se répétait inlassablement alors qu'il attendait d'être reçu par nul autre que Mr Bruce Wayne, CEO de Wayne Enterprises.

Si ce nom ne lui évoquait rien dans son monde d'origine, Adam avait appris qu'il s'agissait d'une entreprise des plus influentes et à la pointe de la technologie. Une entreprise qui pourrait certainement bénéficier de ses capacités et de ses connaissances...

Malgré l'anxiété qui menaçait de le paralyser, Adam s'efforçait de ne rien laisser paraître. Se focalisant sur sa respiration, il se forçait à rester immobile et droit, se rappelant des leçons de Beth avant ses entretiens d'embauche. Regarder dans les yeux (ou, tout du moins, laisser l'impression qu'il était en train de le faire), maîtriser les gestes d'auto-stimulation et n'autoriser que les plus discrets, serrer vigoureusement la main de son interlocuteur et se présenter à lui sans bégayer...

Tant de règles, tant de chichis desquels Adam ne comprenait guère l'intérêt.  Il savait qu'il y était obligé, mais il avait cette nette sensation de mentir, mentir sur la personne qu'il était, mentir sur tout ce qu'il dégageait pour entrer dans un moule qui n'était pas fait pour lui... Mais la vérité déplaisait. La vérité dérangeait.

Les gens ne voulaient pas avoir affaire à Adam Raki tel qu'il était. Ils voulaient l'homme sur le papier, à l'écriture qui dévoilait son intellect sans fioritures et ne laissait en aucun cas deviner ses lacunes sociales et ses diverses difficultés.

L'heure était venue d'entrer dans le bureau de Mr Bruce Wayne. Une nouvelle longue inspiration plus tard, Adam s'engageait dans le bureau de l'éminent homme d'affaires, alors que le secrétaire qui l'accompagnait s'effaçait pour le laisser passer.

Cette entrée présenta un premier obstacle pour Adam, car elle différait de ce qu'il avait pu imaginer et/ou répéter toutes ces heures auparavant. Mr Bruce Wayne ne s'était pas avancé vers lui pour lui serrer la main et la distance qui les séparait était trop éloignée pour qu'Adam puisse la briser sans se montrer trop rude ou envahissant.

Sa gorge se serra, mais il salua néanmoins le CEO avec politesse, se reposant sur ses scripts pour garder le contrôle de ses émotions et de la situation :

"Bonjour, Monsieur Wayne. Adam Raki, Monsieur, je vous remercie pour l'attention que vous avez accordé à ma candidature."

Il força un sourire sur ses lèvres, fixant du regard le front de Mr Bruce Wayne. L'homme était imposant, charismatique, tout ce qu'Adam Raki n'était pas et ne serait probablement jamais. Le regarder dans les yeux lui était tout bonnement impossible. Adam risquerait de fondre sur place.

Il s'assit sur le fauteuil lorsque l'homme d'affaires l'invita à prendre place, joignant ses mains pour éviter de les remuer dans tous les sens, gardant le dos droit, tentant tant bien que mal de prédire la direction qu'allait prendre cet entretien d'embauche. Un essai raté, puisque Mr Bruce Wayne déclara directement que sa candidature n'avait pas été retenue.

Un bourdonnement s'empara de son âme et résonna dans ses oreilles. Les battements de son coeur s'accélèrèrent considérablement, alors qu'il peinait à maintenir son expression de façade. Sa candidature n'avait pas été retenu. Il n'avait été reçu que pour être rejeté. Pas retenu. Pas retenu. Pas retenu.

Il lui fallut un bref instant pour que son esprit décortique les mots que Mr Bruce Wayne avait prononcé par la suite. Pour comprendre qu'il avait encore une chance de briller, de faire valoir ses compétences. Un "Oh." lui échappa, entre surprise, malaise et désarçonnement, mais il eut tôt fait de se remettre, crispant aussi discrètement que possible ses mains :

"Je... J'officiais au sein de l'Observatoire de Californie avant d'être transporté dans ce monde. J'étudie l'astronomie et l'astrophysique depuis mon plus jeune âge et j'ai toujours travaillé à mettre à jour mes connaissances et mes notions dans un domaine qui évolue sans cesse. J'ignore s'il nous sera possible de regagner nos mondes d'origine respectifs, mais je suis convaincu que la solution à ce mystère réside dans le firmament et qu'il nous faut explorer les cieux pour mieux les conquérir."

Adam reprit son souffle, ayant oublié de respirer lors de son monologue, avant de reprendre tout aussitôt, emporté par sa passion :

"J'ai déjà remarqué de nettes différences dans la formation des constellations, par rapport au ciel que j'ai observé et étudié dans mon monde durant toutes ces années. Avec les moyens et le temps nécessaires, je pense être en mesure d'établir une première cartographie des cieux, ce qui constitue une étape indispensable vers une future conquête spatiale !"

Adam s'était emballé, un sourire passionné s'étirant sur ses lèvres, très différent de l'expression courtoise et maîtrisée qu'il affichait jusqu'alors. Tout au long de son discours, il avait agité ses mains, promené son regard, s'était laissé aller à exprimer ouvertement tout ce qu'il avait pourtant appris à dissimuler pour mieux se préserver et avoir l'air plus "acceptable" aux yeux de la société.

Mortifié par ce qu'il considérait comme un élan de faiblesse, Adam tut les mots qui voulaient se précipiter hors de ses lèvres, joignant fermement ses mains ensemble, tentant tant bien que mal de retrouver un visage professionnel et sérieux. Il se focalisa brièvement sur sa respiration, ignorant comme il le pouvait les pensées paniquées qui envahissaient sa pauvre cervelle, avant d'adresser un sourire poli à l'homme d'affaires :

"M... Mais je m'égare et vous fais perdre votre temps, Monsieur Bru... Monsieur Wayne. J'ai sur moi mon CV, ainsi qu'un rapport détaillé de mes tâches accomplies au sein de l'observatoire de Californie et des compétences qui y étaient requises."

Se réfugiant derrière la paperasse, Adam sortit de la mallette qu'il avait apporté avec lui les papiers mentionnés, soigneusement reliés, et les déposa sur le bureau de Mr Bruce Wayne. Il ne pouvait s'empêcher de penser qu'il avait déjà raté cet entretien, mais ne parvenait même pas à mobiliser ses jambes pour prendre la fuite...



lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruce Wayne
messages postés : 74
âge réel : 29

Message(#) Sujet: Re: Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki Mer 30 Mai - 18:19

La lecture du langage corporel, comme beaucoup de sciences humaines et sociales, fait partie des compétences que Bruce a travaillées avant d’enfiler le costume de justicier. Comprendre les gens qui lui font face est un élément important dans sa lutte contre le crime, surtout quand un simple tic peut précéder une détonation. Il n’est pas exactement fin psychologue – trop maladroit avec les sentiments pour ça, trop brisé lui-même pour être en position de diagnostiquer des pathologies. Mais il est attentif, et perceptif, et cela suffit presque à compenser. Adam Raki n’est pas exactement un mystère : le panel d’expressions qu’offre son visage en l’espace de quelques secondes, allant de la déception à l’enthousiasme en passant par la surprise, est des plus révélateurs. Bruce s’en voudrait presque d’avoir si mal amené le début de leur entretien, mais la réaction que peuvent avoir les gens dans une situation où les choses ne vont pas dans leur sens en dit souvent long sur leur capacité à gérer des problèmes. Si son interlocuteur semble un peu fragile sur ce front, il ne tire pas de conclusions hâtives pour autant.

Remis sur les rails, le jeune homme (pourtant pas si jeune que ça, mais difficile de lui donner son âge) reprend le contrôle de lui-même. Les premières phrases ont quelque chose de répété, le début d’un discours classique qu’on présente à un potentiel employeur. Bruce ne peut pas vraiment le fauter pour cela. La suite, en revanche, est plus intéressante : l’enthousiasme gagne sa voix, son intonation se fait plus enjouée, l’air animé et le regard brillant. En dépit de lui-même, le billionnaire sourit en réponse. C’est avec le souffle court qu’Adam Raki achève son discours, aussitôt rattrapé par sa raison et les codes qui régissent ce genre d’entretiens.

Un rêveur. Un passionné. Pas exactement conventionnel, le genre de personnes dont un employeur ne voudrait pas, lui préférant quelqu’un de pragmatique, les pieds sur terre, socialement adroit. Quelqu’un de fiable. De malléable. Bruce est suffisamment riche pour accuser les pertes si un employé devait s’avérer être un mauvais élément, et suffisamment humaniste pour vouloir donner sa chance à quelqu’un qui n’a pas vraiment le profil de l’employé modèle. Aussi, et surtout, Bruce sait de quoi les idéalistes sont capables. Il sait exactement ce que quelqu’un de rêveur peut accomplir avec les bons moyens. Ce n’est pas en s’abstenant de bousculer l’ordre établi qu’on change les choses. Batman ne serait pas né s’il avait préféré jouer la carte de la sécurité, de l’acceptable. De la norme.

L’homme se force à reprendre le rôle qu’il s’est assigné, cache son malaise derrière des automatismes rassurants. Si Bruce accepte les documents qui lui sont tendus, il n’y prête pas attention. Il a déjà parcouru sa lettre et son CV, et s’ils étaient venus du même monde, nul doute qu’il saurait déjà sur lui tout ce qui lui était possible de savoir sans verser dans l’illégalité - officiellement en tout cas, officieusement il considérait qu’on n’était jamais trop prudent : il avait trop d’ennemis pour laisser n’importe qui intégrer Wayne Enterprises et accéder au matériel dernier cri qu’on pouvait y trouver. Il ne peut nier par ailleurs un côté control freak qui le pousse parfois à outrepasser les limites, mais cela lui avait sauvé la vie plusieurs fois. Une bonne chose que son rôle dans l’entreprise se limite le plus souvent à offrir un sourire charmeur et faire quelques beaux discours. Le reste, ses projets, ses idées, ses plans, il les confie aux bons soins de Lucius avec sa confiance absolue. Tapotant distraitement le dossier, il arque un sourcil amusé.

« La conquête spatiale me semble être un projet un peu ambitieux pour le moment, pour vous comme pour moi, M. Raki. Mais peut-être que vous avez raison, et que la réponse est dans les étoiles. Était-ce le cas dans votre monde ? »

Il se demande à quel point la voûte céleste d’Oblivion ressemble à celle qu’Adam connaît. S’il a vécu en Californie, il ne peut pas venir d’un monde si différent de celui de Bruce, mais c’est un raisonnement un peu fragile au vu de ce qu’il a déjà pu constater ici. Peut-être que leurs constellations n’ont rien en commun.

« Vous pouvez m’appeler Bruce, par ailleurs. Ou monsieur Bruce, si vous préférez. »

Une note légère dans l’espoir de détendre l’atmosphère : il n’est pas vraiment intéressé par les formalités. S’il voulait faire les choses en bonne et due forme, il ne se serait pas du tout mêlé de ce que des gens étaient payés pour faire à sa place.

« Je crois comprendre que vous avez déjà fait des recherches sur cet univers. Si vous avez des observations à partager, aussi infimes soient-elles, je suis intéressé. »

_________________


YOU EITHER DIE A HERO
OR LIVE LONG ENOUGH TO SEE YOURSELF BECOME A VILLAIN


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Raki
messages postés : 14
âge réel : 24

Message(#) Sujet: Re: Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki Mer 11 Juil - 23:10

Adam tordit nerveusement ses doigts, tandis que Mr Wayne prenait les documents qu'il lui avait tendu. Il nota que l'homme ne les lisait pas, une idée qui ne fit qu'accroître son anxiété.

Adam manquait terriblement de confiance en lui et, pour lui, cet étalage écrit de ses pensées était ce qui le représentait le mieux, sans bafouillage ni mot de travers. Tout était planifié, rédigé avec soin, de façon optimale pour retranscrire le plus fidèlement possible les idées et concepts nés de sa brillante cervelle.

Sans ça sur quoi s'appuyer... Adam se sentait démuni. Il tenta de n'en rien laisser paraître, tandis que Mr Wayne rebondissait sur l'une de ses remarques, avec l'aisance sociale qui semblait le caractériser. Sa question le poussa à la réflexion et ce fut après un bref instant qu'Adam se décida à répondre :

"Ce n'est pas un projet que nous pourrons accomplir seuls et si rapidement, de toute évidence. Il faudra du temps, de l'argent et des gens de confiance et compétents sur lesquels s'appuyer sur la suite des opérations. Mais sans le premier pas vers cette conquête, nous ne pourrons jamais avancer. Un sage écrivain a dit un jour qu'il fallait savoir faire de sa vie un rêve et de son rêve une réalité. Pour le moment, nous ne pouvons que rêver, mais c'est un début."

Adam eut un sourire :

"J'ai cherché une réponse très longtemps dans les étoiles. Je n'étais pas certain de la question,  j'en avais probablement des centaines, mais j'y ai trouvé ce que je cherchais."

Un refuge. Une multitude de connaissances à acquérir. Une vision à contempler d'un regard émerveillé. Tout ce que la Terre ne pouvait pas lui offrir. Tout ce qu'il espérait trouver ici, mais qu'il n'avait pas encore réussi à obtenir. Hormis les éléments surnaturels, sa vie était très similaire à celle qu'il menait sur son ancienne planète. Un peu trop similaire. Ici non plus, il ne trouvait pas sa place. Pas pour le moment.

Mr Bruce Wayne reprit la parole, l'invitant à être informel. Adam sentit ses joues se chauffer sous l'embarras et il ne put s'empêcher de secouer la tête, mal à l'aise. Mr Wayne et lui jouaient dans une cour différente. Et si Mr Bruce Wayne était voué à devenir son patron, Adam ne pouvait définitivement pas faire preuve de familiarité à son égard. Il y avait des règles à suivre et mieux valait pour lui maintenir cette distance.

Trop de fois, il n'avait pas su interpréter les subtilités des consignes de ses supérieurs. S'il venait un jour où, pour une quelconque raison, il était plus approprié d'appeler "Bruce" de façon plus courtoise, Adam ne serait probablement pas en mesure de le percevoir. Et cela lui serait probablement reproché.

Comme on lui avait reproché d'utiliser Splice pour faire parler le prototype de poupée que son ancienne entreprise voulait vendre. Parce que cela était trop cher, parce qu'ils ne voulaient pas lui donner une "conscience". Comme si Splice pouvait donner une conscience à une poupée. Il avait simplement essayé de la rendre un peu plus "humaine" et quoi de plus humain que de pouvoir identifier quelqu'un par le son de sa voix et le lui signaler ?

Adam s'était perdu dans ses pensées, replongé dans son passé, s'égarant vers Beth et tout ce qu'elle lui avait apporté, tout ce qu'il avait pu vivre à ses côtés. Il lui avait fallu un court instant pour réaliser que Mr Bruce Wayne lui avait posé une question et un peu plus encore pour en comprendre la nature. Mortifié par son absence, Adam bégaya :

"Dé... Désolé. Je me suis laissé distraire."

Comme toujours. Son esprit partait, mais son corps demeurait et le monde continuait à tourner, attendant de lui qu'il réagisse. Lorsqu'on prenait le temps de l'attendre, en tout cas. Adam se mordit la lèvre, tapotant le sol du bout du pied. Se calmer... Se calmer... Il se concentra sur le sujet des étoiles, pour se distraire de ses émotions :

"Le... Le ciel n'est pas une carte postable, que l'on retrouverait tout à fait semblable à chaque observation. J'ai constaté toutefois des variations dans l'alignement de planètes, qui mériteraient d'être étudiées avec un modèle plus pointu que le téléscope que j'ai à ma disposition. Je... Je ne peux guère constater mieux sans moyens. Et j'aurais également besoin de plus de temps."

Il aimerait faire plus. Pouvoir offrir toutes les réponses nécessaires, trouver une solution à cette étrange situation dans laquelle ils s'étaient tous retrouvés. Tous différents, mais unis par un destin similaire, un territoire à occuper et une nouvelle vie à mener. Mais Adam Raki n'était qu'Adam Raki. Un modeste humain passionné d'astronomie. Rien de plus.

"Je... Je suis désolé de ne pas pouvoir vous apporter plus de précisions, Mr Wayne. J'ai dans l'espoir d'en apprendre plus dans les mois ou... ou les années qui viennent."

Il y avait quelque chose d'effrayant dans l'idée de passer des années dans ce monde. Mais, dans le même temps, cela apportait une tangibilité à son futur, une solidité dont il avait besoin pour ne pas perdre pied. Il devait savoir ce qui l'attendait. Avoir un minimum de perspective pour ne pas se laisser noyer par son angoisse.

Toujours était-il qu'il était tout bonnement en train d'échouer à son entretien et, pire encore, de se dévaluer. Ce qu'il ne devait faire sous aucun prétexte, Beth le lui avait bien dit. Adam se mordit la lèvre, une fois de plus.

"Et vous, Mr Wayne ? Où cherchez-vous vos réponses, si ce n'est dans les étoiles ?"

Il ne savait pas pourquoi il était revenu à ce sujet en particulier. Peut-être parce que Mr Bruce Wayne l'avait abordé précédemment, lui apportant une certaine légitimité. Ou tout simplement parce que la crise d'angoisse le guettait et que ses pensées s'embrouillaient, véritable sac de noeuds incompréhensible.

Adam crispa ses mains au niveau de son torse. Respirer... Respirer... Tout allait bien se passer. Tout devait bien se passer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Bruce Wayne
messages postés : 74
âge réel : 29

Message(#) Sujet: Re: Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki Ven 27 Juil - 17:42

Rêveur, mais lucide. La tête dans les étoiles, les pieds sur terre, n’était-ce pas là le profil idéal pour quelqu’un désirant travailler dans le domaine de l’espace et de l’astronomie ? Lancé sur un sujet qui le passionne, le jeune homme a la langue qui se délie, mais une fois de plus bien vite rattrapé par ses doutes et ses craintes. Peut-être trop souvent ramené à une dure réalité qui demande à ce qu’on s’y adapte plutôt que le contraire. A-t-il tort d’entretenir des idées qui, ailleurs, lui vaudraient probablement un autre refus ? Bruce se refuse d’être l’oiseau de mauvais augure, l’incarnation d’un autre géant corporate froid et ambitieux. Ce n’est pas pour rien que nombre des programmes qu’il a mis en place visent à facilité la réinsertion de prisonniers dans le monde du travail, ou à rendre plus accessible certaines aides aux jeunes actifs, parmi d’autres dispositifs visant à réduire le seuil de pauvreté. De belles idées en lesquelles personne ne croyait… et qui n’auraient jamais vues le jour s’il n’avait pas eu les moyens de se le permettre. Mais c’était ça aussi, l’héritage Wayne : il n’avait jamais été question de richesse pour la richesse : à quoi bon avoir des privilèges s’il ne pouvait en faire profiter des plus démunis ?

« Pas d’excuses nécessaires, M. Raki. J’ai conscience que nos rôles respectifs n’invitent pas un échange d’égal à égal, mais vous êtes toujours invité à vous exprimer librement devant moi. »

Il se redresse soudainement, hasardant quelques pas dans son bureau pour s’approcher de son interlocuteur sans chercher à l’acculer. Il s’appuie de manière quelque peu irrévérencieuse sur le bord de son bureau.

« En parlant de cela, je propose que l’on se débarrasse dès à présent du sujet sensible : vous êtes embauché. Avec une période d’essai, bien entendu, mais vous verrez les détails du contrat avec mon chargé de recrutement à l’issue de l’entretien. Les détails administratifs n’ont jamais été mon fort, j’en ai peur. Vous aurez les moyens nécessaires, dans la limite du raisonnable » Au début tout du moins, le temps de le laisser faire ses preuves : Bruce était ouvert à la discussion si le besoin s’en faisait sentir et que les arguments étaient présents. « Ainsi que le temps, bien que cela ne dépende pas entièrement de moi. »

Il tourne la tête vers la fenêtre d’un air pensif.

« Je ne sais pas depuis combien de temps vous êtes là, ni combien de temps nous allons rester... » Bien que tous ne soient pas apparus à Oblivion au même moment, il n’y avait encore personne, à sa connaissance, qui avait disparu depuis suffisamment longtemps pour qu’on établisse la possibilité de repartir de cet endroit. « Mais je pense qu’en l’absence de réponse, il est important de savoir dans quel monde nous évoluons. Je ne m’attends pas à ce que vous en sachiez plus pour l’instant. »

Il se perd quelques instants dans ses pensées, inconscient de la tourmente que traverse son futur employé à quelques centimètres de lui. Où cherche-t-il ses réponses ? Dans une quête impossible contre le crime ? Sous des cieux sans étoiles, au milieu de rues sans lumières ? Sait-il seulement quelles sont les questions ?

« Je ne sais pas exactement ce que je cherche, mais je suppose que si je devais le trouver quelque part, ce serait ici, maintenant, et dans chaque instant où je peux tendre la main à quelqu’un. J’en ai fait mon combat… parfois un peu trop littéralement, peut-être. »

Lorsqu’il se retourne, son regard bleu sonde l’autre un bref instant avant d’ajouter, presque surpris :

« Je vous mets mal à l’aise ? »

Il oublie parfois, que même sans la cape et le masque il a une stature impressionnante, que le statut social en place certains en haut de la hiérarchie et d’autres en bas, que l’argent est une marque de pouvoir. Il a ce luxe là, de pouvoir oublier. Il n’a jamais été de l’autre côté, mais il suppose qu’un entretien aussi peu orthodoxe peut être intimidant, même dans un monde où Bruce Wayne ne fait pas régulièrement la une des journaux.

« Navré, ce n’était pas mon intention. Si je peux faire quelque chose… » Laissant sa phrase en suspens, il se penche pour ouvrir un tiroir et en tirer quelques badges qu’il tend à l’autre homme. Ils sont pour le moment anonymes et offrent un accès restreint aux différents étages de la tour, mais l’avenir leur dira si un ajustement est nécessaire. « En attendant, bienvenue à Wayne Enterprises. »

_________________


YOU EITHER DIE A HERO
OR LIVE LONG ENOUGH TO SEE YOURSELF BECOME A VILLAIN


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞

Message(#) Sujet: Re: Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview with a bat ▬ ft. Adam Raki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une interview de Jean Raspail
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Interview Cedras
» Shawn Adam Maxime Séregon [Vagabond]
» interview de lichen par jol sur les futur modifications

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oblivion :: (bienvenue à oblivion) :: Centre-ville :: Commerces et entreprises-
Sauter vers: