AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the calm after the storm ❖ pv

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
b*tch with wifi
messages postés : 112
âge réel : 29

MessageSujet: the calm after the storm ❖ pv  Dim 22 Oct - 23:28




 
THE CALM AFTER THE STORM
I TOOK MY LEAD FROM YOU
Je comprenais énormément de choses. Trop, peut-être, pour ce que c'était. J'étais trop maligne pour mon bien être et les mystères, les puzzles me faisaient flipper. Je voulais comprendre, disséquer la vérité, tout réaliser et rendre les choses plus claires. Me retrouver ici, à Oblivion, avait le chic de me mettre à cran; c'était tellement bizarre de me retrouver ici. Il y avait autant d'éléments que je reconnaissais que d'autres qui m'étaient complètement inconnus. Mon magasin préféré était remplacé par un immense building blasonné d'un CATCO immense au sommet. Il y avait une tour, dans le centre ville, à moitié démollie mais qui portait un immense A et un port d'attérissage. J'étais sûre d'avoir déjà vu ce truc dans un film, non? Qu'est-ce qu'on aller avoir plus tard? J'avais déjà donné dans le genre "catastrophes", alors si je devais en plus ajouter toutes ces petites choses vues au cinéma ou quoi (si c'étaient seulement des films? La présence des éléments ici me faisaient douter, et avec la possibilité du Multiverse avéré je n'étais plus sûre de rien).

Tout était trop... étrange. J'avais besoin de familiarité, de quelque chose que je connaissais. Je pouvais dire de rentrer au loft, avec Sara, si seulement le loft existait toujours, mais je ne pouvais supporter la solitude. Elle avait été un atout inestimable. Je suis sûre que si ce n'était pas pour elle, je serais probablement toujours coincée sur cette plage. Même la chaise qu'elle avait réussi à me procurer était merveilleuse, parfaite pour moi, comme si elle avait soudain eu un diplôme médical et su exactement les spécifications qu'il me fallait. "Je l'ai juste trouvée.." avait-elle dit. Oblivion à l'oeuvre encore une fois. Ce lieu avait un malin plaisir à faire apparaître ce dont nous avions besoin dans l'extrême urgence, malheureusement ça ne fonctionnait pas avec les vanilla no foam latte que j'affectionnais tant. Ou avec les autres membres de l'équipe. Je ne savais même pas s'ils avaient survécus.

En me rendant ici, je m'étais presque attendue à ce le bunker n'existe pas (après tout personne ne sait où il se trouve, alors pourquoi est-ce qu'une ville saurait, hein?), mais à retrouver la familiarité du bureau de campagne et de l'ascenseur privé qui menait dans les entrailles du bâtiment où nous avions établi notre "base", je devais admettre avoir tort. Je ne devais plus m'étonner de rien, par ici.

Roulant lentement, je réalisais que si l'ascenseur avait été remis en état de fonctionnement, il y avait encore de claires marques de l'assaut de Chase. Lorsque les doubles portes s'ouvrirent, les lieux étaient sombres, et dans un fracas sans nom. Avec cette chaise, ça allait me prendre une éternité à tout remettre en ordre; j'aurais pu appeler Sara, mais peut-être que m'occuper ainsi allait garder mon esprit loin du fait que je n'avais pas encore entendu de nouvelles concernant Oliver, John, Dinah, Curtis, Rene ou les autres. Pour l'heure, ce n'était que Sara et moi. Au moins en cas de tracas, je ne pouvais pas me plaindre du fait d'avoir un "ninja" entraîné par la Ligue des Assassins à mes côtés.

Laissez moi vous dire une chose, ranger le niveau principal du Bunker sans avoir usage de vos jambes, c'était la catastrophe. J'avais bien rapidement réalisé que je ne pouvais pas m'occuper des plus gros "morceaux" effondrés, aussi m'étais-je contentée des menus détails avant de me rendre sur la plateforme centrale (la rampe d'accès était de retour, ce lieu était vraiment flippant quand ça voulait). J'ignorais combien de temps était passé, mais j'étais occupée à reconfigurer les terminaux informatiques et les bandes de données dans l'espoir d'avoir des nouvelles du reste de l'équipe lorsqu'un bruit me fit sursauter. Une barre de métal, ou quelque chose du genre, cognée contre le sol et laissant résonner son tintement singulier dans le silence sépulcral de notre antre. "Sara ? ", j'étais enfermée ici depuis si longtemps (ou au moins, ce que je pensais être longtemps) qu'il n'était pas impossible que la jeune blondinette vienne se rassurer que tout aille bien avec moi. J'espérais, en tout cas. Dans ce lieu étrange, qui ne garantissait pas que des pilleurs viennent se servir de bâtiment en bâtiment, hein? J'étais plutôt mal placée pour me défendre. En "rangeant" le bâtiment, j'avais retrouvé l'une des T-Spheres de Curtis et j'avais réussi à en remettre une d'aplomb avec l'espoir qu'un bip ne me laisse savoir qu'il y avait le propriétaire quelque part en ville mais pour l'heure, l'objet semblait idéal pour une reconnaissance poussée sans me mettre en danger. Envoyant la sphère dans l'obscurité avec un mode scanner et recon, je gardais l'oeil sur le moniteur qui me permettait d'avoir un regard "à distance" sur le feedback de l'appareil. Et la silhouette sur laquelle la sphère finit par tomber, ne pouvant appartenir qu'à une seule personne, doubla le sentiment de soulagement qui me noya soudainement. Autant, parce que non, nous n'avions pas de pilleurs qui avaient envahi le bunker, mais aussi parce qu'en dépit de tout, je n'étais pas sûre de revoir cette personne en vie.

"Oh mon dieu....". Mon premier instinct fut d'aller à sa rencontre, et de me jeter dans ses bras, juste pour me rassurer et savourer le fait qu'il était là. Mais c'était apparemment l'un de ces moments où vous vous retrouviez si distraits que l'instinct vous pousse à faire quelque chose avant que votre paralysie partielle ne vous rappelle que vous en êtes incapable. "Frak!". Je n'avais rien d'autre à faire qu'attendre qu'il apparaisse...
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Queen
messages postés : 35
âge réel : 23

MessageSujet: Re: the calm after the storm ❖ pv  Jeu 26 Oct - 20:50

the calm after the stormFelicity Smoak & Oliver Queen
Mes pas me menèrent au bunker, où je résidais depuis que j’étais arrivé dans cet endroit étrange. La soirée avait été plutôt courte, si on considérait que parvenir à attraper un poseur de bombe qui avait menacé plusieurs familles et ce, en à peine quelques minutes, étaient court. J’étais plus ou moins satisfait, car il avait tout de même fait sauter une baraque avant que je l’attrape… heureusement la famille avait été évacué et il y avait eu plus de peur que de mal. Tout cela pour dire que j’étais finalement devant l’ascenseur menant au sous-sol et que je m’étonnais toujours de voir qu’il avait été remis en état de fonctionner alors que je n’avais rien fait.

J’atteignis le niveau du bunker, qui aurait dû baigner dans l’obscurité puisque j’étais le seul à encore le fréquenter. Et pourtant, les lumières étaient allumées et le sol avait été partiellement nettoyé. Ma main alla par réflexe chercher une flèche dans mon carquois, que je plaçai ensuite sur la corde, sans tendre l’arc pour autant. Si ça avait été un piège, nul doute que la lumière aurait été fermé et que le sol serait encore saccagé, voir même pire. Là au contraire, les terminaux semblaient fonctionner à nouveau et tout était à sa place… Bizarre. Je n’avais croisé personne d’autres connaissant l’existence du bunker, excepté peut-être Laurel… c’était peut-être elle qui avait tout nettoyé? Quoi qu’elle venait à peine de revenir, ça m’aurait donc étonné.

Je continuai mes recherches, passant chaque parcelle des lieux au peigne fin sans rien trouver. L’intrus était sûrement parti, je ne voyais pas d’autres explications à cela. J’avais été voir sur chaque étage pourtant, mais rien. Enfin bref, je remontai donc à l’étage où il y avait la plateforme centrale et je m’arrêtai immédiatement en entendant du bruit, restant bien dans mon coin le temps de savoir qui ça pouvait bien être. Sauf que, malheur m’en pris, j’accrochai une barre de fer avec mon arc et mes doigts se serrèrent sur ce dernier alors que je jurais dans ma barbe. Pour la discrétion, c’était raté. Je continuai donc de m’avancer, puisque de toute façon ma couverture était grillée, et je ne fis même pas quelque pas que j’entendis le bruit des T-Spheres de Curtis, la voyant apparaître ensuite à ma hauteur. À voir la boule agir, je me doutais que cette dernière devait donner un aperçu à la personne qui s’en servait, et très peu de personne savait les utiliser, à ma connaissance.

Désireux de savoir lequel des deux j’allais retrouver, je m’avançai sûrement plus rapidement que je ne l’avais voulu d’abord et je la vis, sur la plateforme. Un énorme soulagement s’empara de moi quand mon regard croisa le sien, mais aussi une certaine inquiétude car elle était dans son fauteuil roulant, ce qui voulait dire que la technologie lui permettant de marcher… ne fonctionnait plus. Et la seule personne que je connaissais qui pouvait la réparer n’était pas là. Merde.

Je remis ma flèche dans son carquois et ne prit même pas la peine de déposer l’arc à son emplacement que je montais vers Felicity et que je la prenais directement dans mes bras. Le bonheur que je ressentais de la savoir en vie passait au-dessus de la complexité de notre relation ou même du malaise qu’il pouvait parfois y avoir quand on se retrouvait tout les deux de cette façon. Ou même du fait tout simplement que je n’étais pas le plus câlin des hommes… mais le poids que je portais sur les épaules, à me dire que par ma faute elle était morte avec les autres sur l’île,venait de disparaître pour ne laisser que de l’apaisement, ce qui me donnait envie de mettre de côté cette partie de moi qui était assez distante. Et puis, il s’agissait tout de même de Felicity.

« J’ai cru que tu avais péri sur l’île. Je pensais ne jamais te revoir… »

C’était bien vrai. Je m’étais attendu à ne revoir personne que je connaissais de ma vie à Star City. Parce que j’en croyais certain mort sur l’île ou même parce que je ne pensais pas qu’ils avaient été envoyé dans ce monde aussi.


© 2981 12289 0

HRP : J'ai vraiment l'impression d'avoir écris n'imp -.- Je me rattraperai pour le prochain ;_;

_________________
Once you let the darkness inside, it never comes out...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
b*tch with wifi
messages postés : 112
âge réel : 29

MessageSujet: Re: the calm after the storm ❖ pv  Sam 28 Oct - 22:35




 
THE CALM AFTER THE STORM
I TOOK MY LEAD FROM YOU
Ranger depuis une chaise roulante n'avait rien de simple, si bien que mon dos me faisait désormais souffrir le martyr et je pestais encore occasionnellement contre les plus petits débris que je n'avais pu dire de débarasser et qui bloquaient parfois le bon roulement de ma chaise. Le Bunker avait connu des jours meilleurs, c'était sûr. J'étais persuadée d'avoir passé une éternité ici, à vaquer de ça et là, flottant d'un coin à l'autre de chaque niveau en tâchant de remettre les choses en état. Ou au moins, tout ce qui était électricité et technologie, puisque je me persuadais que si ce lieu semblait moins mort, plus "normal", je pourrais me persuader que les choses n'avaient pas tant changé et que tout rentrerait dans l'ordre sous peu. Tu parles.

Une heure. Deux. Plus? Je n'étais pas certaine du laps de temps écoulé entre mon arrivée et le moment où j'ai vu apparaître cette silhouette si familière sur le feed apporté par la T Sphere. J'en oubliais presque de respirer, alors qu'il semblait se détendre soudainement et lentement suivre la Sphère jusqu'à moi, avant de finalement accélérer le pas et dépasser l'engin. Anxieux? Curieux? Je n'étais pas certaine, mais lorsqu'il est apparu dans l'embrasure de la porte, m'observant de loin comme si je n'étais qu'un fantôme de plus en ce lieu, ma respiration se fit plus saccadée, si bien que je laissais échapper un faible étranglement sonore. Un petit couinement. Un instant de panique. Il ne m'avait pas laissé le temps de pousser deux tours de roue qu'il m'avait déjà rejointe sur la plateforme, enlacée et prise dans ses bras, moment alors auquel je me permettais de croire qu'il était vraiment là. Il m'était impossible de ne pas l'embrasser, à défaut de pouvoir me lever et me lover contre lui, comme si rien ne nous avait jamais séparé avant de se perdre de vue. C'était comme le retrouver après qu'il soit parti affronter Ra's... Un soulagement sans nom. Un sentiment de retrouver une part de mon être qui avait été vide tout ce temps.

Une connexion.

Ma vue s'embuait, me laissant me demander si notre proximité provoquait une condensation sur le verre de mes lunettes, avant que l'humidité sur ma joue ne me fasse comprendre que je m'étais mise à pleurer. Sans le réaliser. "Je pensais que tu avais péri sur l'île. Je pensais ne jamais te revoir...". Sentiment partagé, assurément. Je n'étais même pas sûre de comment je m'étais retrouvée à l'eau et je n'étais pas certaine de savoir ou vouloir l'expliquer à Oliver. L'espace d'un instant, Lian Yu me revint en mémoire: la capture par Chase, être forcée à rester dans ces cages improvisées et attendre en sachant pertinemment qu'un piège était tendu. M'entendre dire qu'il partait de son côté et qu'il voulais que nous partions sans lui. L'idée de ne pas le revoir. L'idée que ce plan méticuleux soit ruiné au néant, chose qui -au final- s'était avéré correct. Lui faire, d'un baiser, la promesse d'un renouveau. D'une remise en question. D'un attachement certain.

Le voir s'éloigner et disparaître à la lisière du bois. Entendre sa voix à la radio alors que le sabotage de Chase devenait plus clair, garantissant un enfer sur le point d'éclater sur terre. Un manque d'options d'échappée. Se persuader de minutes en minutes ne plus jamais le revoir.

En être enfin convaincue à l'éclat de la première explosion sur l'île.

Si je devais être honnête, je n'avais pas la moindre idée du comment j'étais arrivée ici. "J'ai échoué sur la plage... Et Sara m'a découverte. Ne me demande pas comment j'ai fait pour traverser l'océan sur un bout de bois en l'espace de quelques jours et survivre, je n'en sais rien. Et puis... cette ville est bizarre. Mais toi...". M'éloignant de son étreinte un instant, le dévorant du regard de manière quelque peu frénétique en dépit de mon manque de mouvements. Je l'étudiais attentivement, prenant soin de noter la moindre marque laissée par son apparente patrouille de ce soir. "Tu n'as pas changé. C'est bien toi. Abdos et tout!" Je me faisais de plus en plus nerveuse, un peu honteuse de ne pas pouvoir le retrouver debout, coincée dans cette chaise que je détestais de plus en plus. Et quand je me faisais nerveuse, j'avais une facheuse tendance à raconter n'importe quoi. Certes. Mais cette situation était -surtout- un peu trop familière à mon goût: la dernière fois que nous nous étions retrouvé seuls dans le bunker, et moi coincée dans une chaise, il avait manqué d'y rester juste parce qu'il avait voulu être trop têtu et avait fini avec un trou béant dans le flanc. Instinctivement, je désirais m'assurer qu'il était entier, même si j'avais du mal que nous étions arrivés là sans incartade. Mon dos était fichu, ma paralysie ré-établie, et tout ça dans une ville qui nous était étrangère. Sûr, les lieux étaient familiers et si Cisco était ici il aurait eu du mal à différencier ce Bunker de celui qu'il avait passé tant d'heures à perfectionner, mais Oliver et moi avions Star City dans le sang et quelque chose avec cette ville ne collait pas rond.
"Est-ce que les autres... .".
J'avais peur de la réponse, en vrai. Je n'avais entendu parler de personne hormis Sara et même son Gideon ne put me donner de réponse précise, quelque chose à propos d'un champ magnétique qui entourait la ville et brouillait le moindre signal concret. Je n'étais pas rassurée, j'avais envie de pleurer, rire et l'embrasser à nouveau, tout à la fois. Et ne plus le lâcher du regard, de peur qu'il ne disparaisse à nouveau. Malgré tout, je m'efforçais de revenir en mode "business", professionnelle, et cartésienne, même si je ne réalisais pas encore tout de suite l'avoir ramené à moi, rassurée par sa présence et sa silhouette solide dans mes bras, pinçant des lèvres pour faire durer quelques instants de plus la sensation de sa bouche contre la mienne. Tout avait été en vrac, entre Sara qui était revenue, tout le monde présumé mort, et moi qui n'était même pas certaine de savoir si j'étais toujours en vie ou si j'avais fini en enfer au vu de cette ville si bizarre, mais lui... Lui était réel. Ma pierre de touche. La folie allait passer, on allait faire fi des obstacles et comprendre une bonne fois pour toute ce qu'il se passait ici.
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Queen
messages postés : 35
âge réel : 23

MessageSujet: Re: the calm after the storm ❖ pv  Dim 29 Oct - 1:11

the calm after the stormFelicity Smoak & Oliver Queen

En la voyant j’avais tout de suite pensé à un rêve ou une sorte d’illusion. Et pourtant, maintenant que j’étais devant elle, que je la serrais dans mes bras, je pouvais affirmer que tout cela était bien réel. J’étais soulagé au point que si je n’avais pas eu une certaine contenance, je crois que j’aurais été au bord des larmes à cet instant précis. Felicity avait toujours réussi à voir en moi un autre homme que celui que je montrais à tous, à voir le meilleur en celui que j’étais et qui a fait en sorte de me transformer en celui que je suis maintenant. Je ne crois pas que j’aurais été ainsi sans l’avoir rencontré un jour. J’aurais sûrement continué mon chemin, torturant les voyous pour obtenir mes réponses, tuant sans état d’âme parce que ça me paraissait plus facile que de laisser la vie sauve à ces enfoirés. On avait eu nos désaccords, nos prises de tête plus que de raison, mais jamais au grand jamais je n’avais cessé de la respecter et de l’aimer. Elle était celle qui m’apportait la lumière dans chaque moment, même lorsqu’il me semblait que la situation était désespéré. Elle me permettait d’aborder les problèmes sous d’autres angles que je n’aurais pas songé à aborder et surtout, elle parvenait à tout simplifier d’une façon que je ne comprenais pas.

Je ne savais pas trop pourquoi, mais je n’avais pas envie de m’éloigner d’elle. Elle apportait ce je ne sais quoi qui me manquait depuis que je me trouvais dans ce lieu étrange si semblable mais tellement différent à notre Star City… Vivre sur une île déserte, éloigné de tous et dans une jungle totale, c’était quelque chose de bien différent que de se retrouver en milieu urbain, entouré de bâtiment qu’on voyait tout les jours mais qui n’étaient pourtant pas  "les nôtres".

"J'ai échoué sur la plage... Et Sara m'a découverte. Ne me demande pas comment j'ai fait pour traverser l'océan sur un bout de bois en l'espace de quelques jours et survivre, je n'en sais rien. Et puis... cette ville est bizarre. Mais toi... Tu n'as pas changé. C'est bien toi. Abdos et tout! "

Elle se recula de mon étreinte, ce qui me permis de détailler son visage et de voir ses joues mouillées et ses lunettes à moitié embuées. Une chose me marqua toutefois dans ce qu’elle disait, en évoquant Sara. Ainsi donc, elle aussi se retrouvait dans cet endroit… Je me demandais si Laurel le savait, je ne lui avais pas reparlé depuis un moment… peut-être étais-je le seul qui n’était pas au courant que les deux sœurs étaient ici aussi? Bien que surpris de la nouvelle, je me ressaisis et ne pu empêcher le petit rire qui traversa mes lèvres quand elle affirma que c’était bien moi, avec les abdos, évidemment. Felicity ne serait pas Felicity si elle ne bafouillait pas un nombre incalculable de chose quand elle était dans tout ses états. Je m’y étais habitué… peut-être trop même. Tant et si bien que lorsque je pensais que j’étais seul au bunker, il m’arrivait parfois de l’entendre parler – même si évidemment elle n’était pas là, mais j’imaginais très bien – et de regretter mon monde… notre monde.  

"Est-ce que les autres..."

Je clignai des yeux rapidement, me ressaisissant et sortant de mes pensées pour lui répondre.

« Laurel est en vie… ce qui est étrange étant donné que… enfin, elle était morte. Mais elle est bien là. Et pas sa version démoniaque de terre 2, mais bien... notre Laurel. Pour les autres, je ne sais pas… je ne savais même pas que Sara était ici aussi.  »

Je me reculai finalement à contre cœur et passai mes pouces sur ses joues pour en essuyer les résidus de larmes et me penchai pour déposer un baiser sur son front. Ça restait chaste, j’aurais voulu plus, mais nous venions à peine de nous retrouver, et pour être sincère, j’hésitais un peu de la façon dont je devais agir.


© 2981 12289 0

_________________
Once you let the darkness inside, it never comes out...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
ADMIN
b*tch with wifi
messages postés : 112
âge réel : 29

MessageSujet: Re: the calm after the storm ❖ pv  Lun 6 Nov - 22:11




 
THE CALM AFTER THE STORM
I TOOK MY LEAD FROM YOU
J'avais besoin d'espace, un peu d'air pour respirer et admettre les retrouvailles. Quand Sara m'avait annoncé être -à sa connaissance- la seule avec son équipe à être en ville, mon coeur avait sombré. C'étaient les évènements de Ra's qui recommençaient, la peine à deviner Oliver ayant péri quelque part. Je voulais pendant si longtemps me persuader que ce n'était que temporaire, mais les jours avaient passé et il n'y avait toujours rien comme nouvelles. Autant, la dernière fois l'équipe avait passé du temps à me convaincre en douceur d'accepter et aller de l'avant, autant cette fois-ci je m'étais consignée au Waverider pendant un temps, à la fois pour dire de ne pas totalement être seule mais aussi pour permettre à Gideon de poursuivre un bilan médical approfondi. Cette ville était bizarre, il était hors de question que je me mette à faire confiance à qui que ce soit et je n'avais pas réussi à contacter Caitlin, Curtis, Frank ou le Dr Schwartz. Les gens qui allaient pouvoir dire de m'aider était aux abonnés absents et si je n'avais pas retrouvé Oliver ici ce soir je pense que je me serais laissée aller à une mélancolie malsaine. J'aurais même pu pleinement apprécier d'une visite de ma mère, c'est dire à quel point j'étais désespérée à l'idée de retrouver des visages familiers.
"Laurel est en vie..."
Attends un moment... Quoi?! Malgré l'étreinte que j'avais entretemps repris, Oliver se sépara de moi pour pouvoir (j'imagine) mieux m'observer et délivrer le reste de sa diatribe en me permettant de plonger mon regard dans le sien. Il prit même soin d'effacer une larme, chose que je n'avais pas réalisé avoir laissé couler. Il y avait toujours quelque chose de rassurant dans sa façon de me regarder, comme si quoi qu'il se passe, les choses allaient toujours finir par s'arranger. Mais là.. Laurel? En vie? Un soupir étranglé fut la seule réponse que je pouvais dire, et je me mis à frénétiquement observer les alentours, cherchant les ombres, scannant le bunker du regard dans l'espoir fou de voir débarquer l'autre blondinette. Je n'étais pas si surprise d'un retour à la vie de Laurel (après tout, il y avait eu un moyen avec Sara pas vrai? Et puis cette ville était bizarre. ) Il ne savait toujours pas pour les autres, ce qui m'amenait à une seule conclusion.
"Et si... Et si la raison pour laquelle on était ici sans les autres, avec Laurel, était parce que nous aussi nous sommes m... enfin.. J'en sais rien... Mais c'est tellement bizarre."
Je ne voulais pas me persuader, mais personne n'ayant jamais eu la moindre idée d'une vie au delà de la mort, ça ne restait pas impossible. Cela aurait pu faire fonctionner le fait que la puce ne fonctionnait pas, que Laurel était ici, que tout semblait si familier sans pour autant l'être.... mais Sara.
"Non. Oublie cette stupide idée. Ugh, morbide. Sara a parlé d'une faille temporelle ou je ne sais quoi et que c'était pour ça qu'elle était ici. Ça doit être ça, ça expliquerait même comment j'ai traversé le Pacifique avant d'échouer sans me souvenir de rien."
Je poussais l'idée de n'être qu'un 'souvenir' d'une Felicity bien vivante à l'arrière de mes pensées, refusant d'entretenir la notion -stupide- un instant de plus même si un soupçon d'inquiétude restait bien attaché à moi. On en avait vu des trucs bizarre, avec Barry qui courait plus vite que tout et un jacuzzi mystique qui ramenait les gens à la vie. Sans oublier Dahrk et son contrôle sur les forces primales universelles, et les aliens, ou je ne sais quel autre folies qui avait pu plonger nos vies dans le chaos ces dernières années. Ce... lieu devait tomber dans la même catégorie. Le "bizarre" et "inexplicable" et "faites attention à ce que vous souhaitez". Ce n'était qu'un mystère de plus, même si je détestais les énigmes en tout genre. Il posa un baiser contre mon front, me poussant instinctivement à fermer les yeux et apprécier le geste.
"Oliver."
Passant une main contre son cou, je le gardais proche de moi, susurant doucement son prénom lorsqu'il sembla prêt à se séparer à nouveau. Il y avait quelque chose de doux à son attention, mais pour l'heure je ne pouvais plus laisser le ressentiment prendre le dessus. J'avais manqué le perdre, une fois encore, et ça commençait sérieusement à être lassant. L'empêchant d'un geste de s'éloigner, serrant mon mouvement dans une demande silencieuse pour qu'il s'approche de moi à nouveau et tendant le cou pour l'embrasser pour de bon. Une nouvelle larme m'échappa, symbole traîtresse d'un soulagement continu, seule témoin d'un bonheur de le retrouver que je ne parvenais pas à traduire avec des mots (incroyable, considérant le fait que je ne parvenais généralement jamais à me taire).
"Arrête de 'mourir', ça commence à être fatiguant et pas sûre que je tienne le coup à la longue."
Je tâchais de garder mon ton léger et taquin, mais il y avait une anxiété dissimulée derrière, alors que je revoyais soudainement toutes les fois où il avait décidé de se sacrifier pour nous, ou manqué y passer. D'abord quand il avait débarqué dans ma Mini le jour où j'ai appris qu'il était The Arrow, puis lorsqu'il s'était fait injecté dans le bunker d'ARGUS. Lorsqu'il a manqué d'aller se rendre à Slade Wilson pour tous nous sauver, ou quand il s'est montré particulièrement défaitiste à l'idée d'affronter les soldats en proie au Mirakuru. Avec Slade. Avec Ra's. Avec Damian ou plus récemment encore, avec Chase. J'avais l'impression de passer mon temps à m'inquiéter pour lui et à le retrouver une fois encore, en vie, ici... je n'avais plus envie de le lâcher. J'avais été stupide assez pour nous laisser prendre du recul, mais je savais bien où je me trouvais à ce niveau là.
"Désolée, faudra que tu m'aides, ici..", dis-je en pointant au fait que j'étais clouée en chaise, incapable de faire énormément plus pour me rapprocher de lui malgré mon envie en ce moment, "Sara est sur le Waverider et le reste des Legends est... quelque part. Mais Laurel est en vie? Comment? Et qu'est-ce qu'il s'est passé avec Chase ? Est-ce que tu vas bien?"
 
⇜ code by bat'phanie ⇝

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Oliver Queen
messages postés : 35
âge réel : 23

MessageSujet: Re: the calm after the storm ❖ pv  Jeu 9 Nov - 22:07

the calm after the stormFelicity Smoak & Oliver Queen

"Et si... Et si la raison pour laquelle on était ici sans les autres, avec Laurel, était parce que nous aussi nous sommes m... enfin.. J'en sais rien... Mais c'est tellement bizarre."


Je n’avais pas pensé à ça. En un sens, peut-être que c’était ça, la raison que les morts semblaient revenir à la vie dans cette ville? Cela me semblait tout de même un peu trop bizarre pour être vrai. Si vraiment on était tous, et bien, mort, il n’aurait pas dû y avoir de monstre ou de super-vilain. Enfin bon, que savions nous vraiment de l’autre monde de toute façon? Les seules personnes à le savoir aurait été Laurel, mais elle ne se rappelait de rien d’autre que du moment où elle avait rendu l’âme et s’était retrouvé ensuite dans cette ville étrange. Nos questions à ce sujet resteraient sans doute toujours sans réponses. Comme j’allais répondre, elle dit ensuite d’oublier cette idée morbide et je m’exécutai, n’ayant rien de bien intelligent à dire de toute façon puisqu’elle semblait avoir répondu à sa propre question pendant que je réfléchissais à cette dernière. Heureusement que j’étais habitué au débit de parole de Felicity, depuis le temps. Pas mal de gens finissait par ne plus suivre la conversation au bout d’un moment. Les seuls moments où ça m’arrivait était les fois où elle se mettait à parler technologie avec Curtis. Dans ces instants là, je préférais soit m’éclipser, soit les laisser continuer d’en parler en faisant mine de ne pas écouter car je n’y comprenais rien.

Comme j’avais entamé un mouvement pour me reculer, elle avait posé sa main derrière ma nuque pour m’empêcher de trop m’éloigner. Je voyais sur son visage cette même détresse, ce même désespoir et cette tristesse qu’elle avait eu à chaque fois qu’elle avait manqué de me perdre. Comme à chaque fois que je la retrouvais après un de ces moments, autant affreux pour elle que pour moi. Ce n’était pas parce que je me montrais fort et sûr de mes décisions que je ne pouvais pas hésiter à chaque fois que j’en prenais une. Je ne pouvais jamais savoir d’avance si telle ou telle décision allait être la bonne ou non… et je ne savais jamais si j’allais en revenir vivant.

"Arrête de 'mourir', ça commence à être fatiguant et pas sûre que je tienne le coup à la longue."

J’aurais aimé pouvoir lui promettre que j’allais faire attention, que tout allait aller pour le mieux. Mais ce genre de chose était difficile à promettre, et je n’avais plus envie de mentir. La suite de ce qu’elle dit ensuite me fit sourciller. Il n’y avait donc que Sara et personne d’autre? À croire qu’on arrivait tous au compte goûte, en fait. Je n’avais aucune idée de ce que nous réservait cet endroit, mais je commençais à peine à comprendre que notre séjour ici serait sûrement plus compliqué que tout ce que nous avions vécu auparavant.

« Je n’en ai aucune idée pour Laurel. Je l’ai croisé dans la rue alors qu’elle venait ‘d’apparaître’. » Je pris une petite pause, la détaillant un moment pour terminer ma tirade peu de temps après. « Felicity... Je vais bien, et tu es en vie... C’est le plus important. »

Je n’avais pas envie d’entrer dans les détails concernant Chase. Il m’avait pourrit la vie à un point que je n’aurais jamais cru possible. J’avais affronté bon nom de criminel ou de détraqué dans ma ‘carrière’ de justicier masqué, mais lui… il décrochait le gros lot. Se faire passer pour un allié, faire disculper John pour mieux m’atteindre, me briser comme il l’avait fait ensuite… Kidnapper mes amis, mon fils, faire exploser l’île… C’était des choses que je préférais occulter de mon esprit.

Je me penchai finalement, réduisant la distance de nos deux têtes, m’accroupissant aussi de moitié parce que rester debout dans cette position, ce n’était… pas vraiment agréable, autant être honnête. J’avais compris le message très peu subtil qu’elle me passait, et j’étais plus qu’heureux de répondre à sa requête puisque j’en avais aussi très envie. Je fis donc la seule chose dont j’avais envie depuis que je l’avais vu là, sur la plateforme et bien vivante. Je pris son visage entre mes mains et appuyai mes lèvres contre les siennes, savourant leur contact en ayant l’impression que ça faisait des années que je ne l’avais pas embrassé, alors que ça devait faire seulement quelques semaines. C’était fou ce que ce simple geste m’avait manqué.

© 2981 12289 0

_________________
Once you let the darkness inside, it never comes out...
Revenir en haut Aller en bas
 
the calm after the storm ❖ pv
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» my calm hides a storm ♔ (dope/howl.)
» James Storm Vs Brock Lesnar
» [UPTOBOX] Final Storm [DVDRiP]
» KEEP CALM AND KILL ZOMBIES ✗ le 21/02 vers trois heures du matin
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oblivion :: Bienvenue à Oblivion :: Centre-ville :: Quartiers généraux :: Le Bunker-
Sauter vers: